•  BERNARD Nicolas • Mardi 17 juin 2008 à 0h00

Xavier Breton taille patron

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo

Politique – Un an de mandat parlementaire

Il y pensait depuis un certain temps, mais il voulait éviter toutes collusions avec un calendrier électoral jusqu’ici chargé. Xavier Breton, député de la première circonscription, a dressé lundi 16 juin, le bilan de son action parlementaire, après une année d’exercice. « Je me suis engagé dans un programme l’an dernier, il est donc normal que j’informe mes concitoyens de ce que nous avons fait et de ce que nous allons faire ».

Travail en circonscription, action nationale, élections sénatoriales, référendum européen, Xavier Breton n’a esquivé aucun sujet. Revue de détails. Alire dans la Voix de l’Ain de ce vendredi 20 juin.

Travail en circonscription

Xavier Breton se définit comme un député de « proximité ». Et c’est en chiffres qu’il a décidé de nous en convaincre. « En un an, j’ai reçu 182 personnes à la permanence, envoyé 1 238 courriers. Je suis également intervenu 176 fois en conseil, soutien… Et me suis déplacé 218 fois en circonscription. » Il souhaite être là pour ses concitoyens. « À l’écoute… », comme il le dit lui-même. « Quand les dossiers deviennent trop complexes, il n’y a souvent plus que deux repères : le maire et le parlementaire ». Pour coller au plus près le terrain, Xavier Breton s’est doté d’un dispositif au maillage serré. D’abord, une lettre d’information, intitulée « Carnet de route ». Tirée à 55 000 exemplaires, cette lettre sera éditée une fois tous les huit mois. Il inaugurera ensuite un système de permanences cantonales. « Des personnes prennent parfois une demi-journée de congé pour venir me voir à ma permanence. Ce déplacement leur occasionne des frais. Et ce n’est pas normal » argumente le parlementaire. Enfin, en bon pèlerin, il a entrepris une tournée des maires de sa circonscription. Quatre-vingt-un au total. « J’en ai déjà rencontré une trentaine ». Nul doute que ce travail de fond portera ses fruits le moment venu. Et ce moment pourrait bien être les sénatoriales !

Assemblée nationale

Xavier Breton inscrit son travail parlementaire dans l’action gouvernementale. Il défend les réformes entreprises et le rythme soutenu de leurs réalisations : « Cela permet de ne pas rester bloqué. » Remise de la valeur travail au cœur de la société, revenu de solidarité active, assainissement des finances publiques par le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux… Le député de l’Ain égrène une à une les actions visant à réformer la France. « Les syndicats de salariés sont obligés d’embaucher pour suivre le rythme » ajoute-t-il. Avec deux propositions de loi (interdiction de certaines pratiques électorales abusives et droit de rachat de son propre capital par le souscripteur d’un contrat d’assurance-vie), 31 questions écrites, 1 question d’actualité et son travail en commission, Xavier Breton participe à ce mouvement.

Sénatoriale

« Il faut que la majorité gouvernementale évite deux attitudes : la passivité et le raisonnement à partir de calculs égoïstes. » Selon le député de l’Ain, « les primaires de la droite et du centre vont créer un rythme, une dynamique ». Et ça, Xavier Breton le voit d’un bon œil : « Il faut que l’on rénove nos pratiques politiques suite au basculement du conseil général ». Le deuxième point sur lequel insiste le parlementaire, c’est le sens. « Il faut donner du sens à cette élection ». Pour cela, il place deux préalables : « le candidat doit s’engager pleinement dans le projet présidentiel. Il doit aussi être un ardent défenseur de son territoire et des dossiers de nos pays. » Un portrait qui lui sied plutôt bien. Alors, Xavier Breton candidat ? « Certains maire m’ont posé la question, mais non, je ne suis pas candidat » conclut-il.

Europe

« Je suis pro européen, j’ai voté oui à Maastricht et oui au Traité constitutionnel » pose en préalable le député de l’Ain. Interrogé sur le « non » irlandais, il avoue « que le fossé entre la construction européenne et le peuple est telle qu’il en est dramatique ». Et pointe du doigt le référendum : « Vous pouvez voter oui ou non, il n’y a pas de conséquences pour les peuples. Pas de sanctions ». Le député aimerait aussi que l’Europe bloque moins les droits nationaux pour se concentrer sur des questions « plus importantes ». Un discours eurosceptique ? « Je suis fédéraliste… » lance Xavier Breton. Très bien, le parlementaire ne nous explique pas pour autant comment il compte s’y prendre pour rendre l’Europe plus proche des citoyens. Pour que chaque habitant de l’Ain sache que Bruxelles n’est pas qu’un diable technocratique qui contraint, sanctionne, étouffe.

Nicolas Bernard

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le commentaires sont fermés.

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Résultats

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Guide été 2015

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires