•  GARAY Corinne • Jeudi 17 février 2011 à 0h00

Recherche pétrolière : la Celtique Petroleum prête à forer à Corcelles

En 1991 déjà, la société Esso-Rep était venue sonder le sous-sol.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    En 1991 déjà, la société Esso-Rep était venue sonder le sous-sol.

C’est une évidence, la flambée du cours du pétrole donne raison aux chercheurs de nouveaux gisements. Le 4 mars 2008, une jeune société britannique, siégeant à Londres, obtenait un permis exclusif de recherches d’hydrocarbures dans une vaste zone s’étirant des Moussières au nord, côté Jura, Artemare du Revermont à l’ouest au Pays de Gex à l’est… Depuis les sites potentiels de fouilles ont été recherchés. Et c’est finalement et encore à Corcelles sur le plateau d’Hauteville que les pas des chercheurs d’or noir se sont arrêtés. En 1991 déjà, la société Esso-Rep était venue sonder le sous-sol.

Du pétrole avait été trouvé. Une petite production pouvait être exploitée, mais Esso Rep n’avait pas donné suite. Il faut dire qu’à l’époque le baril de brut ne valait que 10 à 15 dollars contre 102 dollars aujourd’hui.

Si la donne a changé, le gisement aussi ! Il pourrait être plus prometteur qu’on ne l’avait envisagé à l’époque.

C’est pourquoi, la Celtique Petroleum s’est obstinée sur ce périmètre dit de la Chandelière II.


Etudes d’impact

Mais avant toute prospection, « il a fallu réaliser des études d’impact environnemental d’abord : enquête d’entomologie, enquête sur la flore, enquête sur la faune et notamment les reptiles… Or l’enquête d’entomologie a révélé sur le site projeté d’un forage de recherche, la présence d’un papillon très protégé (Natura 2000) et curieux puisqu’il a besoin des larves de fourmis pour se nourrir…  », rapporte Guy Feugère, consultant et représentant de la société en France. Aussi Celtique Petroleum a dû changer de site et partir à la recherche d’un nouveau site potentiel. Mais les propriétaires privés sont difficiles à convaincre. Une négociation bien engagée avec un nouveau propriétaire est en cours. « Si ce n’est pas celle-ci, c’en sera une autre », précise Guy Feugère, bien décidé à déterminer un site dans le mois en cours.

Ce nouveau terrain éloigné du périmètre de ce papillon, suffisamment proche de la RD 1034 a séduit les prospecteurs.

La Celtique Petroleum veut déposer au plus tard en mai prochain son dossier à la DREAL : Direction régionale de l’équipement de Rhône-Alpes. Celle-ci devrait l’instruire en deux mois environ. Si accord est donné, le préfet de l’Ain sera saisi du dossier et tous les services concernés, informés, ainsi que le maire de la commune.


Forage d’évaluation

Fort de ce nouveau site, quelques études complémentaires vont être lancées : études des divers aquifères traversés notamment. Mais le projet qui prévaut d’ores et déjà c’est de réaliser un forage d’évaluation. « La petite production qu’avait repérée Esso-Rep pourrait être plus grande que ce que l’on avait pensé à l’époque », souligne Guy Feugère. « Tous les indicateurs prometteurs sont là : porosité, teneur en hydrocarbure… Autant dire, qu’aujourd’hui, ce site pourrait économiquement devenir intéressant. » Une rentabilité plus vite atteinte qu’en 1991…

Si tous les feux sont au vert, la Celtique Petroleum érigera son derrick d’évaluation en trois à quatre mois… bien décidée à forer avant la fin de l’année.

Corinne Garay


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Recherche pétrolière : la Celtique Petroleum prête à forer à Corcelles5.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Seniors 2014

  • maison

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Votre place offerte pour tous les matchs de la JL à domicile

  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires