Actualités

• Mercredi 6 mai 2015 à 15h30

Grippe aviaire : les éleveurs-revendeurs de volailles vivantes en ont assez d’être pris pour des pigeons

Pancartes, pétition, cages vides... Les éleveurs sensibilisaient l'opinion à leur cause ce mercredi matin.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pancartes, pétition, cages vides... Les éleveurs sensibilisaient l'opinion à leur cause ce mercredi matin.

Lassitude et incompréhension. Ce sont les sentiments qui dominaient, ce mercredi matin, sur le grand marché de Bourg-en-Bresse, dans le coin habituellement dédié aux éleveurs de volailles vivantes.

Une poignée d’aviculteurs exprimait son désarroi en présentant des cages vides et en faisant signer une pétition aux badauds.

Le motif du courroux ? L’interdiction, depuis début décembre, d’exposer et commercialiser de pimpants gallinacés sur les marchés.

La conséquence d’une mesure préventive imposée par le ministère depuis l’apparition, chez nos voisins Belges, de foyers de grippe aviaire de souche H5N8.



Un “virus fantôme”



Une « aberration » pour les huit éleveurs professionnels habitués du marché.

« On nous empêche de travailler pour une histoire de virus fantôme, qui n’a jamais fait son apparition en France » tempêtait l’un d’eux.

Et pour la plupart, un gros manque à gagner. « Le marché de Bourg, pour nous, c’est environ 2 000 volailles par semaine… Soit environ un tiers de notre revenu » précisait M. Masson, éleveur à St-Jean-sur-Reyssouze.

« Sans compter que nous continuons à payer notre droit de place, même si on ne déballe pas », renchérissait Mme Poncin, accouveuse à Bourg-en-Bresse.

Une note de 320€ par trimestre à passer dans les pertes sèches.

Les commerçants environnants se montrent solidaires. « Parce que les volailles vivantes constituent un bon élément d’attractivité. »

Idem chez les clients, contraints de s’approvisionner sur d’autres marchés ou directement à la ferme. « Ce n’est pas pareil. Au marché, on peut voir plusieurs éleveurs et comparer ce qu’ils proposent. »

Les éleveurs s’étonnent que la législation fluctue d’un marché à l’autre. « Par exemple, il n’y a aucun problème sur le marché de Louhans. »



Les zones humides considérées “à hauts risques”


La Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) de l’Ain a fait remonter leurs doléances et à même accepté la requête du Syndicat des éleveurs et revendeurs de volailles vivantes, d’oiseaux et d’animaux familiers (VOFM) qu’au moins un producteur puisse vendre sur le marché chaque semaine.

« On tourne. Chacun peut déballer une semaine sur huit ». Maigre consolation.

Tous exigent la levée pure et simple de l’interdiction. « On a bien compris que la DDTT n’était pas contre les paysans, mais qu’elle appliquait les consignes du Ministère. On espère obtenir une réponse très vite. Parce que sinon, on fait quoi ? On arrête ? », s’égosille M. Duclos, de Saint-André-sur-Vieux-Jonc.

Du haut de ses 69 printemps, il ressent la désagréable impression d’être pris pour un perdreau de la veille.

Situé dans une zone humide, considérée comme hautement sensible par les autorités en raison de l’attractivité que ces espaces constituent pour les migrateurs, il ne peut en aucun cas transporter ses animaux vivants. « Sans compter que j’ai aussi du confiner mes pintades… Elles ne sont pas faîtes pour ça. Une partie de la production me reste sur les bras. »

Deux éleveurs de l’Ain sont ainsi concernés par cette double peine dans le département.



Dans l’attente d’une autorisation ministérielle



Tous enverront prochainement une pétition à Stéphane Le Foll, dans l’espoir d’une levée totale des restrictions.

Sans quoi, c’est au niveau national qu’ils pourraient lui voler dans les plumes, avertissent nos aviculteurs : « là, on a commencé, gentiment. Mais ça ne peut plus durer. Qu’on nous laisse travailler et qu’on arrête de faire toutes ces histoires pour un problème qui n’existe pas », résumait Bernard Pontanier, secrétaire général du syndicat.


Etienne Grosjean


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Guide de l’été


  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires