Actualités

• Mardi 17 mai 2016 à 11h20

Comment la rafle des enfants juifs d’Izieu est entrée dans la mémoire franco-allemande

Claudia Roth, vice-présidente du Bundestag, lors de son allocution à Izieu.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Claudia Roth, vice-présidente du Bundestag, lors de son allocution à Izieu.


Deux crimes contre l’humanité d’une particulière horreur résument pour la France l’abjection du régime nazi. L’un est le terrible massacre des 642 habitants d’Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944, froidement perpétré par une unité de la SS, les femmes et les enfants ayant été enfermés et brûlés vifs dans l’église du village. L’autre est la rafle des 44 enfants juifs de la colonie d’Izieu, non loin de Belley, ordonnée le 6 avril 1944 par Klaus Barbie, tous déportés à Auschwitz et morts gazés dans les jours qui suivirent. Ce crime a particulièrement bouleversé l’opinion, car il avait pris pour cible des innocents sans défense, dont les plus jeunes avaient à peine 5 ans.


Le martyre d’Oradour-sur-Glane a longtemps incarné à lui seul l’horreur nazie sur le territoire français, en raison notamment du procès auquel il a donné lieu en 1953 et du lieu de commémoration qu’il est devenu, sans même évoquer le film qu’il a inspiré, Le vieux fusil, avec dans les rôles principaux Philippe Noiret et Romy Schneider. Quant à la rafle des enfants juifs d’Izieu, elle est véritablement entrée dans la conscience collective avec le procès historique intenté en 1987, après son arrestation grâce à l’acharnement de Serge et Beate Klarsfeld, à Klaus Barbie. Procès exemplaire, à jamais fixé sur la pellicule, qui, dans l’esprit du procès de Nuremberg, montrera que la démocratie sait être à la hauteur de ses principes, en rendant la justice sans faire appel à la vengeance, même dans des situations de pire extrémité.




Le dialogue franco-allemand au centre



Il est réconfortant de savoir que le travail de réconciliation engagé avec le Traité d’amitié franco-allemand du 22 janvier 1963 n’a pas ignoré ces épisodes douloureux de la relation entre les deux pays. C’est dans cet esprit que le directeur de l’Institut Goethe de Lyon a souhaité, dès 1999, porter le témoignage de l’Allemagne en rejoignant le conseil d’administration de la Maison d’Izieu. Depuis lors, une association allemande d’inspiration protestante met chaque année à la disposition d’ « Izieu », dans le cadre d’un programme de volontariat, un jeune Allemand pour contribuer à promouvoir ce travail de mémoire. [...]





Suite de l’article à découvrir en pages « Actualités » de Voix de l’Ain (1,70 €), disponible en kiosques du 13 au 19 mai ou en accédant à notre boutique en ligne.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Comment la rafle des enfants juifs d’Izieu est entrée dans la mémoire franco-allemande 5.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Guide de l’été


  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires