Actualités

• Mercredi 1 juin 2016 à 10h00

Belley - Imbroglio autour de la fermeture annoncée de la crèche familiale

La mairie de Belley assure que des solutions de reclassement seront trouvées pour les assistantes maternelles concernées.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La mairie de Belley assure que des solutions de reclassement seront trouvées pour les assistantes maternelles concernées.


La crèche familiale va-t-elle fermer ? C’est ce qui a été annoncé aux trois assistantes maternelles de la structure, le 22 mars dernier, lors d’un entretien avec Odile Treillé, adjointe aux affaires sociales. L’élue leur a fait part de leur licenciement, effectif au 31 août prochain. « Une annonce brutale, dénuée d’humanité », expliquent les parents du collectif « Les petits pas », créé au lendemain du coup de semonce et regroupant une trentaine de membres. « Nous n’avons pas été officiellement informés de cette fermeture programmée, il n’y a eu aucune communication de la part de la mairie et nous avons dû faire la démarche pour être reçus par le maire », dénoncent-ils, amers.


Des membres du collectif ont rencontré Pierre Berthet, le 4 avril dernier. Ils lui ont remis un courrier dans lequel ils ont fait part de leur stupeur et ont demandé des explications : « Le maire affirme n’avoir jamais décidé la fermeture de la crèche familiale. Madame Treillé était présente lors de l’entretien, elle n’a répondu à aucune de nos questions. Les arguments avancés étaient d’ordre économique. Nous avons donc demandé à connaître le coût de la structure, comme la loi nous l’autorise. À ce jour, nous n’avons eu aucune réponse »


« Stress » des employées


L’opposition s’est emparée du dossier, et Régine Caminet a interpellé Pierre Berthet le 9 mai, lors du dernier conseil municipal. Ce dernier a assuré qu’il n’y aurait aucun licenciement. Des propos qui n’ont pourtant pas rassuré les parents qui estiment que « la mairie a uniquement envisagé des solutions de fermeture et aucune solution de maintien du service ». Ils évoquent le stress vécu par les assistantes maternelles, toutes âgées de plus de 50 ans avec des enfants étudiants à charge.


« La municipalité nous propose des solutions qui n’en sont pas. Nous ne souhaitons pas faire appel à une assistante maternelle libérale, dont les tarifs sont beaucoup plus élevés qu’en crèche familiale, ni inscrire nos enfants en crèche collective qui ne répond pas aux besoins des parents ayant des horaires atypiques », expliquent des parents. Ils précisent également que les avantages du mode de garde qu’ils avaient choisi ne se limitent pas à des horaires souples. Les assistantes maternelles de la crèche familiale sont formées, encadrées et remplacées en cas d’absence. La tarification est basée sur le quotient familial. La structure permet à la municipalité de proposer 11 places sans avoir besoin d’un bâtiment puisque la garde se fait à domicile, avec une demi-journée par semaine en crèche collective pour la socialisation des petits.


Des réponses précises attendues


« La mairie annonce qu’elle souhaite faire venir de jeunes actifs, qu’elle met l’emploi au cœur de ses préoccupations et elle envisage de détruire trois emplois et supprimer 11 places. Quelle contradiction… », estiment les membres du collectif. Ils doivent être à nouveau reçus en mairie le 2 juin prochain et attendent des réponses précises sur plusieurs points : quel est le budget de la crèche familiale ? Quels sont les motifs de fermeture et les arguments ? Quelles solutions ont été envisagées pour le maintien ? Et en cas de maintien, pour combien de temps ?


Contactés, Pierre Berthet et Odile Treillé ont affirmé que la fermeture de la crèche familiale n’est pas à l’ordre du jour. « Je n’ai qu’une parole, la crèche familiale ne va pas fermer ! , affirme le maire. Nous réfléchissons à un autre mode de fonctionnement, en intégrant la structure au projet de crèche collective qui verra le jour en 2019 ou 2020, sur le site du nouvel hôpital et de l’Ehpad. »


La municipalité se veut rassurante


Même version pour Odile Treillé, qui s’agace de « la polémique créée par les parents ». Elle estime que le collectif a obtenu une réponse ferme de la part du maire et elle évoque également le projet de crèche qui proposera des horaires atypiques, à l’instar de la crèche familiale actuelle. « La crèche ne fermera pas à la rentrée, et pour la suite, des solutions sont à l’étude pour le reclassement des trois assistantes maternelles concernées. Une crèche familiale avec seulement trois salariées, on ne voit ça nulle part ailleurs dans le département… », ajoute-t-elle.


« Nous ne parlons pas de la même chose, déplore une jeune mère. Nous sommes dans un dialogue de sourds avec la mairie… » Si les parents se félicitent du revirement concernant les licenciements et la fermeture fin août, ils souhaitent « continuer leur combat en faveur du maintien pérenne de ce service qui fonctionne et que rien ne remplacera. D’autant qu’aucun motif n’a pour l’heure été clairement avancé ».



Christine Thivel, clp

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires