Actualités

• Lundi 6 juin 2016 à 10h09

Elections législatives partielles - Les candidats réagissent

Après le premier tour dimanche, les candidats réagissent. Photo d'archives.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Après le premier tour dimanche, les candidats réagissent. Photo d'archives.

 

Olga Givernet (sans étiquette – 9,74%*) :


« Cohérent avec mon implantation »


Je suis finalement satisfaite, les résultats sont cohérents avec mon implantation. J’ai réalisé un très bon score dans ma ville et dans l’ensemble du Pays de Gex. La configuration de la circonscription est difficile, surtout pour la candidate sans parti que je suis. Je ne suis pas surprise des résultats, ce territoire étant ancré à droite. J’aurais souhaité qu’un candidat puisse me représenter au second tour mais ce n’est pas le cas. Dans ces conditions, je ne donnerai aucune consigne de vote.



Gaëtan Noblet (FN – 16,24%) :


« Pas d’illusions mais un bon signal »


Je suis content de ce résultat qui constitue une première. Nous améliorons largement le score de 2012 et nous nous qualifions pour la première fois pour le second tour. C’est un bon signal pour les prochaines échéances, notamment la présidentielle. La très forte abstention est regrettable mais je la comprends. Avec le 49-3, les magouilles des élections régionales où UMP et PS se sont alliés pour bloquer le Front National… Les gens en ont ras-le-bol. Pour le second tour, nous ne nous faisons pas d’illusions dans cette circonscription détenue par la droite depuis 1958. Mais nous allons faire notre travail, retourner sur le marché de Bellegarde le samedi matin, avec l’objectif d’améliorer notre score au second tour.



Olivier de Seyssel (UDI – 15,14%) :


« Du respect pour les électeurs FN, peu d’estime pour leurs candidats »


Je savais depuis un moment que cela se jouerait entre le FN et moi. Ca se joue à très peu, 180 voix, donc je suis forcément un peu déçu. Je sors en tête dans le canton de Belley, ce qui constitue une vraie satisfaction, mais ça s’est mal passé du côté de Bellegarde. Malgré notre présence sur le terrain, la participation est très décevante. Stéphanie Pernod-Beaudon est en tête avec les voix de 6% des inscrits, c’est dramatique. Pour le second tour, j’ai appelé à voter pour la candidate des Républicains et je n’ai aucun doute sur son élection. Je respecte les électeurs du FN, que j’ai rencontrés. Ils sont rarement racistes ou xénophobes. Cependant, je n’ai pas beaucoup d’estime pour leurs candidats, qui véhiculent ce discours xénophobe. Leur score risque d’augmenter encore au second tour. Pour contrer l’abstention, les partis feraient bien de faire de nouveau appel à des candidats issus de la société civile plutôt qu’à des professionnels de la politique.



Stéphanie Pernod-Beaudon (LR – 27,37%) :


« Nos spécificités doivent être entendues à Paris »


[Communiqué] « Je tiens en premier lieu à remercier les habitants de notre territoire et les élus qui se sont mobilisés en faveur de notre candidature. Je remercie plus particulièrement Étienne Blanc qui m’a accompagnée tout au long de cette campagne et qui m’a permis, grâce à son expérience et son soutien, de réaliser un score plus qu’honorable. Avec près de 28% des voix dès le premier tour, les habitants de la troisième circonscription de l’Ain ont largement soutenu le renouvellement politique et la candidature des convictions fortes et affirmées. Je regrette la forte abstention et encourage nos concitoyens à une plus forte mobilisation dimanche prochain. Aujourd’hui, j’appelle l’ensemble de notre famille politique à se rassembler autour d’un projet d’alternance courageux et offensif, pour que demain, la France puisse se doter d’un Président enfin à la hauteur. Nos spécificités territoriales et notre identité frontalière doivent être entendues à Paris. Dimanche, rassemblons-nous et défendons nos valeurs pour faire gagner notre territoire ! »


Réaction vidéo de Jean-Yves Hédon, suppléant de Stéphanie Pernod-Beaudon :




Jean Mercier (EELV – 10,32%) :


« L’écologie s’inscrit comme incontournable »


[Communiqué] « Jean Mercier et Christine Franquet remercient les électrices et les électeurs qui ont choisi l’écologie dans cette élection législative partielle. Avec 10,65% des voix [des suffrages exprimés, ndlr], EELV fait plus que doubler son score par rapport aux élections de 2012. Ceci dans un contexte difficile, avec une forte abstention montrant un désintérêt croissant pour la politique telle qu’elle est menée par les “grands partis”.  Le temps fera la démonstration de la justesse du vote écologique ici comme ailleurs. L’écologie s’inscrit comme incontournable et continuera de progresser. Pour le second tour, nous appelons à faire barrage au candidat du Front national. »


Denis Linglin (PS – 12,84%) :


« Les petites promesses locales qui omettent les réalités globales sont vouées à l’échec »


Nous avons terminé en tête des partis de gauche mais la désunion nous a empêché d’atteindre le second tour. Il y a eu un différend entre la section locale des Verts et Paris, qui nous a parachuté Jean Mercier. Ce dernier a fait zéro campagne et a axé son programme sur deux propositions : la desserte ferroviaire Bellegarde – Pays de Gex et la fermeture de la centrale du Bugey. En résumé, une candidature creuse emballée de marketing. Dès lors, si on ajoute l’image désastreuse donnée par des élus comme Sarkozy ou Cahuzac, il ne faut pas s’étonner que les gens considèrent que la politique ne sert plus à rien. Pour faire de la politique, il faut mêler érudition et intégrité tout en pensant au sens large, sans se laisser accaparer par une idéologie. Faire de petites promesses locales qui omettent les réalités globales est une manière de faire vouée à l’échec. Aujourd’hui, les politiques peuvent garantir des valeurs mais pas s’engager sur des actes. François Hollande s’est par exemple rendu compte qu’il ne pourrait pas tenir son engagement contre la finance, car elle lui aurait fait payer en augmentant les taux d’intérêts. Face à cette situation, les médias se font le relais de ceux qui vitupèrent, au détriment de ceux qui travaillent calmement. Pour le deuxième tour de cette élection, je sais ce que je ferai mais je ne donnerai aucune consigne. Je ne suis pas là pour dire aux gens comment voter, et de toute façon cela n’a aucune influence.



Propos recueillis par P.D.



*Tous les pourcentages sont calculés à partir des suffrages totaux, pas seulement des suffrages exprimés.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Elections législatives partielles - Les candidats réagissent5.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • Benjamin

    Le candidat PS ne serait-il pas un peu mauvais perdant ? Peut-être son faible nombre de voix est-il justement dû aux politiques nationales de son parti ? C’est sûr que passer de 12 000 voix en 2012 à 2000 aujourd’hui, il y a de quoi se poser quelques questions. Et il est pro-nucléaire, c’est sûr que la fermeture du Bugey serait une mauvaise nouvelle… Mais apparemment, le sujet commence à interpeller pas mal de monde. Il est temps de changer de logiciel.

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires