Actualités

• Lundi 27 juin 2016 à 10h20

« Nostalgie », l'album acoustique en hommage à Jean-Marc du Bugey

L'album sort samedi 7 mai dans de nombreux points de vente à travers le département.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    L'album sort samedi 7 mai dans de nombreux points de vente à travers le département.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    L'épouse de Jean-Marc, Michèle, et ses trois enfants, Caroline, Julien et Raphaël, ont donné de la voix dans cet album hommage.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Les petits-enfants : Sacha, 8 ans, Djaé, 7 ans, et Tom, 4 ans.



« Papa était une bête de scène. Il chantait, dansait, parlait, assurait l’animation… Quand il est tombé malade, sa hantise était de ne plus pouvoir se produire en public », se souvient Caroline, fille aînée de Jean-Marc Leclercq, dit Jean-Marc « du Bugey ». En compagnie de ses frères Raphaël et Julien, elle invite alors son père à trouver une « nouvelle formule », plus calme. Malheureusement, le 27 juin 2015, le cancer emporte le Bugiste d’adoption sans lui laisser le temps de concrétiser ce projet.


Tandis que toute la région pleure la disparition de son emblématique chanteur, ses enfants font front et s’attellent à lui rendre un hommage musical à hauteur de l’amour qu’ils se portaient réciproquement. Dix mois plus tard, quatorze titres enregistrés en acoustique composent l’album « Nostalgie », disponible à la vente à partir de ce samedi 7 mai.



« Mettre en valeur la voix de notre père »



Dès juillet 2015, Julien, ingénieur du son, part en quête des bandes de son père afin d’en isoler la voix. Puis, en compagnie de membres de la famille et d’amis musiciens, un nouvel accompagnement est créé pour chacun des morceaux choisis. « Nous avons voulu mettre en valeur le travail vocal de notre père, dont on ne saisissait pas toutes les nuances derrière le “flonflon” qui l’accompagnait toujours », explique Raphaël. « Ses chansons deviennent ainsi plus intimistes, tout en gardant leur âme », souligne Caroline. Parmi les titres retenus figurent certains grands succès comme En amour avec le Valromey ou Mon Grand Colombier.


Mais d’autres textes, plus personnels, mettent en lumière des facettes moins connues de l’artiste. Dans Le chanteur régional par exemple, Jean-Marc Leclercq évoque une potentielle carrière parisienne, à laquelle il a privilégié « [s]es montagnes, [s]on village, [s]on Bugey » ; dans Chacun son tour chacun son temps, il évoque l’évolution des relations entre parents et enfants : « Ça n’fait qu’passer c’est éphémère l’adolescence, à ton âge j’ai moi aussi jugé mes parents, c’est toi qui me juges maintenant ». La chanson se termine d’ailleurs avec un couplet chargé d’émotion ajouté par sa progéniture.



Trois générations réunies



Pour former certains chœurs, trois générations sont réunies : la maman, Michèle, les enfants et les petits-enfants, Sacha, Tom et Djaé. Pour composer la musique, de nombreux amis ont afflué dans le studio de Jahwalia Productions, l’entreprise de Julien, basée à Virieu-le-Petit. Certains sont venus de la région, d’autres de bien plus loin. « Beaucoup de gens de grand talent sont venus nous aider bénévolement, poursuit Caroline. Nous étions tous très tristes, mais nous avons vécu des moments magiques. » Parmi ces soutiens, Jacotte, violoniste double médaille d’or au conservatoire, Alberto, violoncelliste au sein de l’orchestre national de Cuba, François, harmoniciste (entre autres) guadeloupéen ou Tao, guitariste de Carla Bruni. « Tao, on le connaît depuis notre enfance. Il est de la région et c’est notre père qui lui a offert son premier cachet de musicien ! »



Un titre inédit avec les conscrits de Ruffieu



Pour l’occasion, Julien, qui aime toucher à tout, s’est mis à la flûte traversière, tandis que Raphaël a pris son courage à deux mains pour suppléer son père sur Les Machurés, dont la bande n’a pas été retrouvée. « Sa voix ressemble beaucoup à celle de papa, assure Caroline. Il était très réticent au départ, mais seules deux prises ont finalement été nécessaires ! »


Empreint de nostalgie, l’album ne se veut toutefois pas triste. Il se conclut d’ailleurs par un titre festif et inédit, Au bal des conscrits. Jean-Marc avait prévu de l’enregistrer en compagnie des conscrits de Ruffieu après les « deux à trois mois nécessaires à sa remise en état ». Le sort en a décidé autrement, mais ses enfants se sont chargés de terminer le travail en allant recueillir les chœurs des « Ruflos » au sein du studio paternel basé à Artemare.


À l’heure de la sortie de l’album, la famille Leclercq n’a pas encore pansé ses plaies. Mais à coup sûr, leur « bébé » devrait réchauffer les cœurs de tous ceux qui ont côtoyé – de près ou de loin – leur chanteur de père.




Paul Descamps





Teasing de l’album et extraits de l’enregistrement :


Image de prévisualisation YouTube


Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Album posthume en acoustique. En vente dans les offices de tourisme et de nombreux commerces/maisons de la presse à travers le Bugey. 13 €. Pack CD + DVD, 20 €. Contact : facebook.com/fansdejeanmarcdubugey et jeanmarcdubugey@gmail.com

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires