Actualités

•  VEYRE Julien • Dimanche 10 juillet 2016 à 12h00

Foot - Euro 2016 - En finale, la France compte sur Griezmann

Seul Platini a plus marqué que "Grizou" sur une phase finale d'Euro.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Seul Platini a plus marqué que "Grizou" sur une phase finale d'Euro.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le buteur, sous le maillot de l'Equipe de France espoirs en 2010.

Antoine Griezmann a inscrit ses 5e et 6e réalisations de l’Euro 2016 en demi-finale face à l’Allemagne. Une performance qui conforte son statut de meilleur buteur du tournoi. Ce soir (dimanche 10 juillet), l’attaquant madrilène tentera de mener les Bleus au sacre européen. Dans l’histoire de l’Euro, seul Michel Platini a plus marqué que lui au cours d’une phase finale (9 réalisations en 1984).  Si le Mâconnais s’offrait un triplé face au Portugal, il égalerait le total de son glorieux aîné et rejoindrait Cristiano Ronaldo sur le podium (9 buts à l’Euro également, mais sur quatre éditions différentes). Ce dernier aura également l’occasion de prendre seul la tête de ce classement…


En attendant la finale, redécouvrez le portrait d’Antoine Griezmann paru en 2010 dans les colonnes de Voix de l’Ain. Il découvrait alors la Liga (1ère division espagnole) sous les couleurs de son club de l’époque, la Real Sociedad. Une semaine après la parution de l’article, il inscrivait son premier but parmi l’élite, qu’il célébrait en prenant le volant d’une voiture garée au bord du terrain ! L’enfant de Mâcon en a empilé quelques autres depuis…





Antoine Griezmann, Mâconnais d’Espagne



Antoine Griezmann a toujours eu un ballon à proximité de son pied gauche, autant qu’il puisse s’en souvenir. Dans les pas de son père Alain, Antoine l’a suivi alors que le paternel entraînait les équipes de Thoissey ou Mâcon. « Il venait avec son ballon et allait jouer avec des jeunes à proximité du terrain » se souvient son père. Depuis, le petit garçon qui s’amusait au bord du terrain connaît une ascension sensationnelle. A 19 ans, il vient de jouer les six premiers matchs de la Liga espagnole (dont trois comme titulaire) au sein de la Real Sociedad. Et il a même délivré une passe décisive face au Real Madrid. « J’ai aussi perdu un duel face à Casillas » , avance avec sourire le jeune blondinet aux chaussures jaunes. Antoine est revenu dans la région. Avec le maillot de l’équipe de France des moins de 20 ans sur les épaules. Pas mal pour un joueur recalé de tous les centres de formation.


Petite taille, grand talent


« Trop petit, pas assez physique me répondait-t-on », explique-t-il. Antoine avait fait ses gammes à Charnay-les-Mâcon puis Mâcon dès la catégorie débutants jusqu’aux minimes à 14 ans. « Mon père m’a même entraîné en 13 ans », s’amuse le jeune joueur. Déjà, sa patte gauche, sa technique faisaient merveille. S’il n’était pas le plus physique, loin de là, sa vivacité a dégoûté plus d’un adversaire. Le gamin sait déjà qu’il veut faire du foot au plus haut niveau. « Je voulais partir dans un club avec des structures pour progresser ». Alors ses parents l’emmènent en détection. A Auxerre, Sochaux, Lyon, Metz et Saint-Etienne. Recalé. Trop petit, pas assez physique. « Chaque fois, sa taille l’empêchait d’intégrer un centre même si par ailleurs, il était hors norme », se rappelle Alain Griezmann. Mais le gamin est têtu. Ses parents l’envoient dans un tournoi avec Montpellier pour un nouveau test. En gare, il arrive au même moment que le club de la Real Sociedad. Parmi la délégation, un recruteur. Et ce coup-ci, Antoine va prendre le train en marche. Petite taille, grand talent


Test à Saint-Sébastien


Le recruteur ne s’arrête pas à la petite taille du Mâconnais et lui glisse un petit papier à la fin de l’essai montpelliérain. Il n’ira pas dans l’Hérault mais le recruteur lui propose un test avec San Sebastien. Antoine accroche le mot sur le frigo en rentrant. Un frigo où son père traçait les marques de sa croissance, et donc sa petite taille qui freine son entrée en centre de formation. Mais ses parents sont contre un départ vers l’Espagne car Antoine n’a que 14 ans. « Antoine nous a véritablement saoulés pendant deux semaines », explique Alain Griezmann. Et le recruteur ne lâche pas le morceau et débarque à Mâcon pour convaincre les parents. Du coup, Antoine met le cap sur l’Espagne, séduit les entraîneurs de la Real Sociedad et ses parents visitent les installations et le laissent finalement s’envoler. « J’aurais préféré qu’il aille à Saint-Etienne ou Lyon », reconnaît le papa. Lui s’installe dans les équipes de jeunes, réalise d’énormes progrès sur le plan technique et physique. Au moment de monter de junior à senior, il aurait dû débuter avec la réserve. Mais le milieu de terrain gauche de l’équipe première se blesse et certains regards se tournent vers lui pour le remplacer. Il prend sa chance et s’impose dans l’équipe, en deuxième division espagnole à seulement 18 ans. Il joue 39 matchs (dont 30 comme titulaire) et marque six buts. « Mon plus beau souvenir de footballeur est la montée avec mon club en Liga », explique Antoine. Pourtant, l’été suivant, il vit aussi une nouvelle belle épopée au championnat d’Europe. Avec l’équipe de France de – de 19 ans. En finale, il bat… l’Espagne. A ses côtés, une génération dorée avec les Kakuta (Chelsea) ou les Lyonnais Grenier et Lacazette.


Il rêve de ballon d’or


Footballistiquement, Antoine a bien grandi. Effacée, cette fameuse marque de petite taille que son père avait tracée sur le frigo. Avec 1 m75 pour 61 kg, il n’est pas un milieu de terrain des plus costauds mais sa vista fait la différence. Alain Griezmann pose un regard fier sur le parcours de son fils : « il a été performant, a marqué. Il a pris de la vitesse et voit clair. Il a tout du foot moderne ». Mais reste lucide aussi : « il doit rester les pieds sur terre et ne pas s’endormir sur ses lauriers ». A cet âge-là, beaucoup sont promis à un brillant avenir mais la flamme s’éteint souvent. Antoine dit vouloir bosser pour l’alimenter et la faire grandir. Et peut-être un jour pouvoir tutoyer son rêve : devenir ballon d’or.


Julien Veyre



> Son interview est à écouter : ici

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Foot - Euro 2016 - En finale, la France compte sur Griezmann5.052

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires