Actualités

• Lundi 11 juillet 2016 à 14h30

Bourg-en-Bresse : du bleu au blues

Devant l'Eden, on refait le match...

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Devant l'Eden, on refait le match...

  • Illustration actu Grande illustration actu

    L'Eden est un lieu phare pour les amoureux du ballon rond.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Visages figés devant un écran de télévision, place Edgar Quinet.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La stupéfaction se lisait sur les visages au moment de l'ouverture du score par les Portugais.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Un supporter qui affichait clairement sa couleur.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Une partie du public devant le Galway.

Bourg-en-Bresse  n’a pas vécu de nuit “bleue”, dimanche 10 juillet, après la finale de l’Euro de football. La courte défaite de l’équipe de France, 1 but à 0, face a Portugal a privé les très nombreux supporters tricolores d’une nuit de liesse. Seules quelques dizaines de fans portugais ont circulé en voiture dans la ville, toutes sirènes hurlantes, et drapeaux flottants.

La déception était grande après l’espoir de sacre nourri par la somptueuse victoire face à l’Allemagne. Une foule considérable – plus d’un millier de personnes- s’est amassée place Edgard Quinet pour suivre la rencontre sur les écrans installés par plusieurs patrons de bar-restaurants. Même ferveur dans la rue de la République où L’Eden est un diffuseur régulier des rencontres de football et devant le pub le Galway, où près de 200 personnes avaient les yeux rivés sur l’équipe française. La Brasserie du Théâtre a aussi participé à cette grande communion sportive nationale.

Plus les minutes s’écoulaient, plus la crispation et l’angoisse se lisaient sur les visages des supporters français. Les tentatives des attaquants tricolores stoppées par le portier portugais faisaient s’exprimer des “Oh” et des “Ah!” de frustration. Et les parades d’Hugo Lloris face aux tirs menaçant des Portugais laissaient courir des frissons dans la foule. La délivrance du public “bleu” semblait proche avec ce tir de Gignac repoussé par le poteau. “Ça va finir par rentrer“, pensaient un groupe d’amis, verre de bière à la main, devant le Galway. C’est rentré, certes, mais pas du bon côté. Des cris de stupeur, de consternation, et de désolation, ont retenti lorsque l’équipe portugaise a trouvé le chemin des filets français.

Dans les yeux des supporters bleus, on pouvait lire à ce moment-là l’expression d’une fatalité. La France avait vaincu son signe indien face aux Allemands, quelques jours auparavant. Cette fois, elle n’était plus la “bête noire” des coéquipier de Ronaldo. Enroulés dans les couleurs portugaises, quelques supporters adverses laissaient exploser leur joie au coup de sifflet final, sous les yeux envieux des fans tricolores. Ces garçons et ces filles, ados, ces jeunes hommes et femmes, nés après 1998 (année du titre de Cjampion du Monde de football), espéraient pourtant partager un moment historique. Il leur faudra attendre une nouveau rendez-vous.


Philippe Cornaton

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires