Actualités

• Mercredi 13 juillet 2016 à 11h50

François Hollande inaugure le nouveau palais de justice : pas d’annonce mais un bilan

Le président quitte le tribunal pour se rendre en mairie. © A.L

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le président quitte le tribunal pour se rendre en mairie. © A.L

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Une salle d'audience. © Laurent Thévenot

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pendant la visite © Laurent Thévenot

  • Illustration actu Grande illustration actu

    CGT et FO avaient organisé une manifestation contre la loi travail. © A.L

  • Illustration actu Grande illustration actu

    François Hollande arrive au tribunal. © Laurent Thévenot

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Surveillance maximum pour la venue du chef de l'Etat. © A.L

« Ce n’est pas tous les jours que l’on passe du 19e au 21e siècle. Je ne voulais pas manquer ce moment ! », a lancé non sans humour le président de la République. François Hollande a évoqué les délais raisonnables nécessaires des décisions de justice. « Une décision rapide est toujours mieux acceptée ». Rapidité nécessaire également de la prise en charge des personnes placées sous main de justice. La loi du 3 juin 2016 « donne des prérogatives nouvelles aux magistrats, aux enquêteurs, tout en renforçant les garanties procédurales et assurant aussi le respect des libertés individuelles ». Cette loi doit permettre pour le président « de sortir de l’état d’urgence ». François Hollande a cité quelques chiffres et notamment la création de plus de 600 postes depuis 2012, soit « 75% de plus par rapport à ce qui avait été fait dans la législature précédente », et 366 nouveaux auditeurs de justice nommés en février dernier. Depuis 2012, 3000 postes ont été créés dans l’administration pénitentiaire et 15% de crédits supplémentaires ont été accordés. 107 millions d’euros ont été « dégelés afin notamment de payer ces frais de justice (…) et de recruter des personnels vacataires » en mai 2016. Le président de la République a donné « un chiffre qui n’est pas encore public », le budget de la justice va atteindre 6,9 milliards d’euros, soit « 300 millions d’euros de plus par rapport à la loi de Finances pour 2016 ». Ce qui signifie une hausse de 4,5%. « C’est la plus importante depuis 2012 ». La progression depuis 2012 atteindrait donc 14%. Des moyens humains auront également été apportés avec la création sous ce mandat de 10000 postes de policiers et gendarmes. François Hollande a rappelé l’importance pour lui de l’indépendance de la justice qui ne peut aller sans la transparence et l’impartialité. Il a enfin évoqué l’exécution de la décision de justice, le rôle du juge d’application des peines et de l’administration pénitentiaire.



CGu


Voir l’article intitulé Sécurité renforcée pour François Hollande, dans notre édition papier du 15 juillet.



Ils avaient aussi des choses à dire…

Certains ont profité de la venue du président pour exprimer leur mécontentement. CGT et FO avaient organisé une manifestation. Tenus à distance, une quarantaine de manifestants s’étaient regroupés Boulevard Paul Bert. Les représentants du Front national avaient, eux, choisis de remettre un courrier au président et au ministre de la Justice. Ils souhaitaient les « alerter sur la situation de grave délinquance que connaît notre département ». Dans cette lettre, ils évoquent une affaire concernant un gendarme renversé par un deux-roues à Lagnieu, le 19 juin. Des témoins auraient assuré que l’acte était délibéré. Le conducteur qui s’était présenté le lendemain des faits à la gendarmerie s’était vu remettre une convocation pour le mois de novembre. Maxime Chaussat, conseiller régional FN pour le département de l’Ain, et Jérôme Buisson, conseiller municipal FN à Bourg-en-Bresse, s’insurgent contre la décision prise par le parquet de ne pas demander de présentation devant le procureur puis devant un juge des libertés et de la détention. Selon les membres du FN, toute atteinte aux personnes et notamment lorsqu’il s’agit d’une personne dépositaire de l’autorité publique est obligatoirement suivie d’un déferrement, voire d’une détention provisoire. « C’est la règle ! », insiste le conseiller régional FN. Or le déferrement et la détention provisoire ne sont en aucun cas automatique. La décision relève du procureur en charge du dossier.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires