Actualités

• Dimanche 24 juillet 2016 à 7h30

Saint-Bénigne - L’île de la Motte, une réserve naturelle très observée

Ls visiteurs ont pu observer l'évolution des différentes esoèces d'oiseaux nichant sur l'île.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Ls visiteurs ont pu observer l'évolution des différentes esoèces d'oiseaux nichant sur l'île.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Daniel Perreaux observe régulièrement l'évolution des espèces sur l'île aux oiseaux.


Le conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes organisait ce samedi 2 juillet, sur inscription, une matinée d’observation et de découverte de l’île de la Motte. Guidé par Lorène Pascal, un groupe de sept personnes s’est rendu sur la digue de la Saône, à proximité de l’île. Armés de lunettes, les visiteurs ont remarqué un nombre élevé d’espèces en cours de nidification.

Participant régulièrement à ces opérations découvertes, Daniel Perraux qui, à titre personnel, observe divers sites dans le département de l’Ain, connaît bien l’île de la Motte.



Avez-vous constaté un accroissement du peuplement ?


Il y a cette année, énormément de garde-boeufs. Paradoxalement, alors qu’avant on voyait facilement 20 garzettes, là je n’en ai vu que cinq ou six. Aussi ai-je l’impression qu’il y en a nettement moins.

Il y a des bihoreaux, pas énormément, quatre ou cinq, trois ou quatre couples de hérons, c’est-à-dire dans la normale habituelle, mais je reviens sur les garde-boeufs, on en a vraiment beaucoup cette année.



Pensez-vous qu’une espèce chasse l’autre lorsqu’elle est en grand nombre?


Non, je dirai qu’elles sont au contraire bien mélangées. Lorsque l’on observe on voit sur les mêmes bouquets d’arbres des hérons, des garde-boeufs et un couple de bihoreaux. Non elles me semblent plutôt bien cohabiter. Je n’ai par exemple pas observé de peuplement de garzettes en un endroit plutôt qu’à un autre qui pourrait faire penser qu’elles se tiennent à l’écart. Non, pas du tout, elles sont éparses dans ce groupe, parce que moins nombreuses, mais tous cohabitent d’une façon finalement assez concentrée.



Vous observez, souvent l’île ?


Il y a longtemps que je viens. L’année passée il y avait un couple de castors avec deux petits, j’ai pu les observer et prendre des photos. Mais on ne les voit plus. C’est la sixième fois depuis le début de l’année que la Saône monte et submerge l’île. Aussi je me demande où se sont installés ces castors.

Au terme de la matinée, je remets à chaque participant un guide des animations se déroulant dans le département, explique Lorène Pascal. Je distribue également un questionnaire de satisfaction qui permettra au conservatoire départemental d’améliorer ses animations. Il a y en effet assez peu de temps que l’on met en place ce volet d’éducation à l’environnement et de sensibilisation à ce qui concerne la nature et nous avons besoin de connaître l’avis des personnes.


C. Mathey, CLP

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires