Actualités

• Samedi 30 juillet 2016 à 18h00

Guy Bressan, la force tranquille

Guy Bressan.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Guy Bressan.

L’homme ne cherche pas la lumière…cependant, jamais il ne passe inaperçu ! Quand Guy Bressan marche quelques mètres en retrait du maire de Bourg-en-Bresse et de ses adjoints, lors d’une manifestation officielle, difficile d’ignorer sa silhouette imposante. Du haut de ses deux mètres, il domine d’une ou deux tête(s) ses semblables. Dans quelques jours, cependant, le directeur des Services aux habitants du chef-lieu départemental, s’éclipsera de la vie municipale. A 63 ans, l’intéressé étrennera son nouveau statut de retraité de la fonction publique territoriale.



Sa longue et “belle” carrière s’achèvera avec le titre de directeur-adjoint, une promotion obtenue il y a cinq ans. Une promotion en guise de reconnaissance dont est fier ce serviteur besogneux et pragmatique de la collectivité. “Elle était importante pour moi, admet-il, au regard de mon engagement, mais aussi des relations que j’entretiens avec tous les partenaires institutionnels de la Ville”. L’essentiel de sa carrière, soit trente années, ce Bressan là, né et élevé à Bourg-en-Bresse dans une famille modeste du quartier du Mail, l’a consacrée à oeuvrer pour le bien être des Burgiens dans leur cité, en particulier la jeunesse. Trente ans c’est aussi l’âge du parc des loisirs de Bouvent. Et ce n’est pas une coïncidence.




Bouvent et service des sports



Car l’équipement est un peu, beaucoup même, le “bébé” de ce fonctionnaire. Guy Bressan est arrivé en 1986 à la mairie de Bourg-en-Bresse, débauché du District de Montrevel-en-Bresse, son premier employeur, par l’édile burgien de l’époque Jean Moreteau. Celui-la venait de créer le plan d’eau à partir de la gravière qui alimentait en matériaux le tablier de l’autoroute A42. Il fallait un responsable à la tête du site pour tout inventer et le faire vivre. Un défi comme aime les relever l’ancien basketteur de l’ASPTT et de la Jeunesse Laïque. En quittant la base nautique de Montrevel-en-Bresse (aujourd’hui Plaine Tonique) où durant 7 ans il a eu en charge l’animation et le développement, pour Bourg-en-Bresse, Guy Bressan regardait déjà au delà de la ligne de flottaison de Bouvent, en direction du service des sports. Il en est devenu le patron l’année après son arrivée.



Si la base de loisirs burgienne est désormais un lieu de baignade, de farniente, de détente, et d’activités sportives, prisé des citadins, les premières années de fonctionnement n’ont pas été un long fleuve tranquille. “Nous avons mis près de 8 ans pour faire taire les rumeurs sur la présence de déchets”, sourit-il avec le recul. “On a mis de nombreuses animations gratuites en place pour faire découvrir le site aux habitants”, explique celui qui est à l’origine du premier triathlon organisé dans l’Ain, de l’aménagement d’un golf, d’une base nautique. Guy Bressan reconnait avoir bénéficié du soutien inconditionnel des municipalités successives pour équiper et promouvoir le parc : “j’ai eu carte blanche”. Aujourd’hui, “le site aurait besoin d’être reboosté avec de nouveaux investissements”, pense-t-il. Il laissera le soin à son successeur d’écrire la suite de l’histoire.



Tarot et poulardes



Ce fonctionnaire au franc parler et à l’autorité naturelle, capable de tenir tête à un élu, proche de la gauche, a su traverser les alternances politiques à la mairie de Bourg-en-Bresse. “J’ai toujours fait mon travail quelle que soit la sensibilité du maire en place. Certes, y a eu des mandats plus compliqués que d’autres”, admet-il avec une subtile ironie. De tous les maires avec lesquels il a travaillé, le premier d’entre-eux, Louis Jannel, ancien édile de Montrevel-en-Bresse (1964-1995), “père” du premier district dans l’Ain, reste sa référence. “Il savait faire travailler ensemble les maires au delà de leurs étiquettes politiques respectives. Il avait l’étoffe d’un sénateur”. Avec le “docteur”, les réunions de travail “tard le soir” revêtaient un genre particulier. “On jouait au tarot. Et c’est au cours des parties que se prenaient souvent les décisions”.



Sa proximité avec les élus ne motive pas chez Guy Bressan de tentation électorale. “Quand on a été fonctionnaire territorial longtemps, il faut rester de ce côté-ci de la barrière”. Epicurien et gourmet – il est membre de la Confrérerie des poulardiers de Bresse, et des Commandeurs du Bugey – fan de jazz, le Burgien redoute les premières semaines de sa future existence d’inactif. Car c’est au sprint que ce sportif invétéré va finir son ultime mission : veiller au bon déroulement du départ du Tour de France cycliste dimanche 17 juillet à Bourg. Le quatrième de sa carrière. “Je prendrai le temps de l’apprécier”, confiait-il.





Philippe Cornaton



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le commentaires sont fermés.

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Guide de l’été


  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires