Actualités

• Dimanche 31 juillet 2016 à 8h00

Sermoyer - Stéphane Mong et sa passion de la géologie

Stéphane Mong classe et étiquette ses découvertes

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Stéphane Mong classe et étiquette ses découvertes

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Bientôt une exposition pour faire découvrir et expliquer ses collections.



Stéphane Mong, qui fut maire de Sermoyer durant un mandat, ne passe jamais sur un sentier de montagne, ne traverse jamais une carrière, ne franchit jamais une colline sans en relever les particularités, sans observer la nature du sol, celle des roches qui dominent, ou commenter l’origine des pierres ou des lauzes qui délimitent un ancien territoire bocager.

Passionné de géologie, l’ancien ingénieur observe, retourne s’il le faut sur ses pas pour, seul et tranquille, approfondir la découverte que son œil exercé a retenue lors d’une promenade, en groupe ou en famille.

Dans sa maison à Sermoyer, un atelier. Il est équipé du matériel pour nettoyer, extraire, des marnes qui l’enserrent, une ammonite, une empreinte fossilisée, ou le bloc minéral qu’il a ramené de son exploration. Ses découvertes sont classées, référencées, étiquetées, mises en sachets. Ses yeux scrutent en permanence les fiches archéologiques qui lui permettent de dater l’origine de ses trouvailles : Crétacé, Jurassique ou, plus loin encore du Paléogène ou du Néogène. Des centaines de pièces ainsi identifiées remplissent ses tiroirs ou traînent dans les vitrines qu’il aménage dans son atelier, au fur et à mesure que s’accroît sa collection.




Il collectionnait les cailloux


« Quand j’étais jeune je ramassais et collectionnais des cailloux un peu bizarres je ne savais pas toujours ce que c’était. En fait, je voulais être géologue lorsque j’étais gamin. Je me plongeais dans les livres pour essayer de comprendre. Mais l’existence m’a dirigé vers d’autres voies. Libéré de mes obligations et disposant de plus de temps, je suis revenu à cette passion et en ai fait le thème de mes loisirs. Cela dit je n’ai jamais, durant ma vie active, oublié la géologie. Elle était au second plan ».

Depuis 5 à 6 ans, et particulièrement depuis qu’il n’est plus le maire de sa commune, Stéphane s’immerge à nouveau dans son domaine de prédilection. Membre d’un club de géologues amateurs, il multiplie les échanges et les sorties.

« Nous échangeons sur nos découvertes, nous croisons nos connaissances, nous avons le contact avec des géologues professionnels, des chercheurs et nous nous enrichissons mutuellement. La géologie est un terme général qui recouvre une multitude de spécificités, de sciences diverses. Pour faire simple, et pour ce qui concerne la terre, il y a l’étude des roches, la dynamique de la planète comme la tectonique des plaques et l’évolution volcanique, ce sont des histoires associées. Si on décompose un petit peu dans les roches, il y a tout ce qui brille comme les cristaux qui sont des compositions très attirantes, etc. Chaque objet, qu’il soit le résultat de fusion, de fossilisation, de compression, de concrétion, de sédimentation, a une histoire à nous raconter. C’est celle de la terre ».




Les géologues du XVIIIe siècle



Selon Stéphane Mong, les premiers géologues, à l’époque des grandes découvertes des XVIIIe ou XIXe siècles, étaient plus amateurs que professionnels. Des pharmaciens, des médecins, des universitaires, des passionnés en somme qui pouvaient voyager, aller voir ailleurs.

« Cela s’est développé en parallèle avec l’archéologie. C’était d’ailleurs souvent les mêmes personnes. Ensuite, les métiers, dans chaque branche, se sont installés, les paléontologues d’un côté les pétrologues, les pétrographes de l’autre, avec des disciplines associées : hydrologie, physique, le cosmos, etc. ».




Il conte la terre avec passion



Lorsque sa passion l’emporte, Stéphane Mong peut parler pendant des heures. À l’écouter, on remonte l’histoire, on apprend. Quant à le suivre sur le terrain, c’est apprendre à observer, c’est s’aventurer vers des lieux inattendus, poser son regard sur des sols dont on ne soupçonnait aucunement l’intérêt…

« Je sais que je suis casse-pieds quand je parle de géologie » reconnait-il volontiers « les amis ne résistent pas 10 minutes. Mais en ce domaine, on est devant quelque chose d’infini. La remise en cause des connaissances peut survenir à tout moment. J‘essaie de me retenir. J’attends, par exemple, que le lieu des vacances soit décidé pour ensuite regarder sur les cartes, s’il y a des reliefs, des possibilités de recherche ou d’études ».

Quant à partager ses connaissances, montrer ses trésors, Stéphane Monge pense à faire une exposition à la bibliothèque.

« L’idée est de faire comprendre que les objets que l’on a dans la main viennent de quelque part. Il y a des gens qui vont plutôt chercher des minéraux, des cailloux brillants. Un fossile ne brillera pas mais sera quelquefois torturé. Tout cela vient de notre histoire et nous parle de la vie… En ce sens, cette exposition aura une démarche naturaliste pour employer un terme à la mode ».



Charles Mathey, CLP





VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le commentaires sont fermés.

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires