Actualités

• Samedi 6 août 2016 à 12h00

L’État et la Justice intraitables face à la délinquance routière

La carte des accidents corporels dans l’Ain, du 1er janvier au 18 juillet 2016. Données gendarmerie.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La carte des accidents corporels dans l’Ain, du 1er janvier au 18 juillet 2016. Données gendarmerie.



Toute personne interpellée en état alcoolique au volant, ayant consommé des stupéfiants ou qui conduit sans permis ou malgré une suspension de permis, en récidive, pourra se voir saisir immédiatement son véhicule par les forces de l’ordre. Une mesure provisoire qui sera confirmée ou non ultérieurement par décision judiciaire. Des saisies effectuées au cas par cas et soumises à validation du Parquet. Des personnes qui ne seraient pas en récidive mais auraient commis ces infractions et auraient eu un comportement dangereux pourraient aussi se voir appliquer cette mesure. Il s’agit pour le préfet de l’Ain et le procureur de la République qui ont pris cette décision, « de marquer les esprits ». Une mesure qui ne dispense pas les personnes prises en faute de se voir infliger une amende et/ou suspendre leur permis de conduire. Cette nouvelle mesure est déjà applicable. Elle a été décidée après constat par les représentants de l’État et du monde judiciaire, de l’explosion du nombre de tués sur la route depuis le début de l’année. 36 personnes ont en effet trouvé la mort sur les routes de l’Ain depuis début 2016*. Sur la période d’avril, mai et juin 2016, 24 morts ont été comptabilisés, contre 12 en 2015. Dans la majorité des cas, la consommation d’alcool ou de stupéfiants ou la vitesse (voire parfois plusieurs de ces facteurs), ou l’inattention, sont à l’origine de ces accidents. En cas de consommation d’alcool ou de stupéfiants, ou de vitesse excessive, « sur le plan judiciaire, les poursuites sont systématiques. (…) Les condamnations sont importantes et les peines encourues ne sont pas n��gligeables (voir ci-dessous). Ce ne sont pas des truands, des trafiquants, ce sont des gens insérés, qui ont une famille, mais qui ont un comportement irresponsable au volant », a précisé Christophe Rode, procureur de la République.


Vitesse, téléphone, alcool, etc.



Le bon état des routes dans le département peut rarement expliquer un accident. Très rarement également, c’est le véhicule lui-même qui est en cause. C’est plus souvent une erreur humaine, voire un comportement inadapté, qui est à l’origine des drames qui se jouent sur les routes. « C’est un cri de colère que je veux exprimer ! De colère devant tant d’imprudence, de bêtise, d’irresponsabilité ! », s’est exclamé Laurent Touvet, préfet de l’Ain. Autre fléau qui peut aussi être à l’origine d’accidents de la route, l’addiction des conducteurs à leur téléphone. Conversations téléphoniques prolongées, lecture de mails, visionnage de programmes sur des chaînes musicales ou autres… Or la loi autorise aujourd’hui le conducteur à utiliser son téléphone uniquement s’il le fait à l�������������������aide d’un kit mains libres. Et même dans ce cas-là, les professionnels de la sécurité routière l’affirment, l’attention n’est pas la même.

En cas d’accident, des réquisitions téléphoniques peuvent être faites par le procureur de la République, pour vérifier si la personne qui a causé un accident utilisait son téléphone au moment des faits. Les contrôles « vont se poursuivre et leur nombre va s’accroître », a précisé le préfet. Malgré la forte activit�� des forces de l’ordre liée à la prévention de la délinquance en tous genres et à l’état d���urgence, ces contrôles routiers n’ont pas été moins nombreux depuis janvier 2016 que sur la même période en 2015. « Nous ne cherchons pas à faire du chiffre et de l’argent ! Ce n’est pas vrai ! », a martelé Laurent Touvet. Au cours de ces contrôles, les forces de l’ordre assurent être attentives à toutes les infractions et insister plus particulièrement sur celles qui sont plus susceptibles de créer des accidents. Et chaque fois que policiers et gendarmes interpellent des automobilistes, ils « en profitent pour faire de la prévention », a souligné le préfet. Et d’ajouter : « De nombreuses personnes ne se rendent pas compte du risque qu’elles encourent rien que sur le plan [des sanctions]. Perdre son permis, pour beaucoup, cela signifie perdre son emploi ». En parallèle de cette répression, les forces de l’ordre organisent des actions de prévention dans les établissements scolaires et les collèges, au moment des résultats du Bac, dédiées aux deux-roues…

«  L’accident ne détruit pas seulement la vie de la victime, mais de toute la famille », a insisté le lieutenant-colonel Giroud, du Service départemental d’incendie et de secours de l’Ain. «  Le poids de l’habitude peut expliquer cette hausse du nombre de tués sur la route », a précisé le lieutenant-colonel Rémy, du groupement de gendarmerie de l’Ain. «  Si chaque conducteur était plus responsable, on pourrait éviter beaucoup d’accidents ! », a insisté le procureur.





Quelques chiffres
·36, c’est le nombre de personnes décédées depuis début 2016 dans l’Ain
·56 % environ étaient dans un véhicule léger
·21 % étaient à moto
·6 % étaient en cyclomoteur
·15 % environ étaient à pied
·31 % des accidents mortels survenus depuis le début de l’année sont liés à une consommation d’alcool
·15 % des accidents mortels survenus depuis le début de l’année sont liés à la vitesse
·4 % des accidents mortels survenus depuis le début de l’année sont liés à un refus de priorité
·203 accidents ont eu lieu en 2016 contre 215 en 2015
·293 personnes ont ��té blessées en 2016 contre 288 en 2015
·1 500 suspensions administratives de permis ont été décidées l’an dernier (alcoolémie, grands excès de vitesse). Elles vont de 1 à 2 mois à 1 an et sont décidées immédiatement après le constat de l’infraction
·946 suspensions sont enregistrées depuis début 2016


Quelques sanctions encourues
·
Usage du téléphone tenu en main par un conducteur en circulation : 135 € et 3 points
·Dépassement par la droite : 135 € et 3 points
·Tourner sans clignotant : 35��€ et 3 points
·Conduite sans port de la ceinture de sécurité : 135 € et 3 points
·Conduite en état alcoolique : ≥ 0,40 mg/l d’air expiré (l’équivalent de 3 bons verres) : 2 ans d’emprisonnement, 4 500 € d’amende et 6 points
·Règles de priorité (stop, ne pas respecter un piéton engagé sur un passage piéton) : 135 € et 4 points
·Vitesse supérieure de 20 km/h à la vitesse autorisée : 68 € et 1 point
·Annulation du permis de conduire : elle est automatique en cas de récidive de conduite en état alcoolique. La confiscation du véhicule est quasi-automatique également.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le commentaires sont fermés.

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires