Actualités

• Samedi 6 août 2016 à 8h00

La police aux frontières a bénéficié de moyens supplémentaires en hommes et en matériels

De gros moyens sont mis au niveau des 11 postes frontières du Pays de Gex.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    De gros moyens sont mis au niveau des 11 postes frontières du Pays de Gex.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    En personnes comme en matériels, les agents de la PAF bénéficient de gros moyens pour assurer la sécurité aux frontières.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    De gros moyens sont mis au niveau des 11 postes frontières du Pays de Gex.


Alors qu’on s’acheminait plutôt vers sa levée, l’état d’urgence a une nouvelle fois été reconduit par le président de la République, François Hollande, suite aux attaques terroristes meurtrières de Nice au soir de la fête Nationale du 14 juillet. Une mesure de reconduction nécessaire pour la sécurité du pays mais qui met une fois de plus les forces de l’ordre déjà mobilisées depuis de très longs mois pour assurer la sécurité quotidienne des Français mais aussi la bonne tenue des grands événements – politique et sportif – à rude épreuve. Parmi les mesures inhérentes à cet état d’urgence, il y a le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures tel que prévu par le code Schengen en cas de menaces de la sécurité publique d’un des États signataires de l’accord.


Contrôles fixes


Exit donc, les contrôles mobiles et aléatoires, place aux contrôles fixes aux frontières physiques : une mission dévolue à la Police aux frontières (PAF), service référent en la matière mais qui peut l’exercer aussi de façon complémentaire avec les agents des services des Douanes. C’est donc pour répondre à ce défi sécuritaire d’un tout autre ordre qui menace notre pays depuis plusieurs mois, que la police aux frontières de l’Ain a bénéficié d’énormes moyens en hommes et en matériels. “Nous avons tous les jours des renforts en hommes. À cela s’ajoutent d’autres moyens matériels conséquents visibles sur le terrain et d’autres qui ne le sont pas, et qui nous permettent de mener à bien notre mission partout où nous sommes appelés à intervenir”, assure l’un des responsables de ce service.


Chasse aux faux documents


Ainsi, de Crassy à Pougny en passant par Divonne, Versonnex, Ferney ou encore Prévessin, les agents de la PAF assurent le quadrillage des 11 postes frontières terrestres du Pays de Gex avec la Suisse. Les points de passage ferroviaires (PPF) et notamment la gare internationale de Bellegarde et la sortie côté français de l’aéroport de Genève, bénéficient eux aussi quasiment de la même attention sécuritaire. Rien n’est donc laissé au hasard. Toujours dans l’optique de renforcer la sécurité à tous les étages, une unité spéciale est dévolue à la détection de faux documents, autres moyens susceptibles d’être utilisés par des personnes voulant porter atteinte à la sécurité du pays.


Avec une formation spéciale, les hommes de cette unité sont dotés des moyens technologiques dernier cri : un petit appareil qui ne paie pas de mine mais qui ne laisse aucun faux document passer entre les mailles du filet. Preuve de l’efficacité de leurs moyens sur le terrain, la prise du jour : trois faux documents saisis sur des individus ce matin-là, en gare de Bellegarde. Des documents qui paraissaient être de “vrais”, jusqu’au verdict contraire de la toute dernière acquisition des hommes de cette unité. “J’ai beaucoup d’expérience dans ce domaine, et quand je commence à avoir un doute à première vue sur un document qu’un individu me présente, je sors mon petit appareil. Et dans la plupart des cas, mon doute est avéré”, commente le responsable de cette unité.


Moral à toute épreuve


Malgré un climat sécuritaire assez lourd au niveau national, les membres de la PAF affichent plutôt un moral à toute épreuve. Dans leurs locaux comme sur le terrain, ils font montre d’une très grande décontraction. Si les conditions de travail, notamment en extérieur ces derniers mois ont été ponctuées par le froid et les intempéries de toutes sortes, ils s’accommodent plutôt assez bien sous la chaleur estivale, conscients de la mission qui est la leur. “Grâce aux différents renforts, nous avons des effectifs en hausse et il ne se pose aucune question de gestion en moyens humains. Nous pouvons assurer de très longues séquences de contrôles en extérieur”, se satisfait le responsable. Une tablette mobile dont sont équipés des agents en faction aux postes frontières permet un contrôle de papiers d’identité plus rapide et efficace, de façon à fluidifier la circulation automobile.

 

Coopération « excellente » avec la Suisse


Quant à la coopération avec les voisins helvétiques, “elle est excellente. Nous sommes régis par des accords de coopération qui fonctionnent sans la moindre difficulté sous toutes ses formes. On s’informe régulièrement de nos actions et des résultats”, souligne le responsable PAF. En outre, les patrouilles mixtes franco-suisses sont assez régulièrement organisées de part et d’autre de la frontière. Mais en matière de sécurité et notamment en cette période, moins on en dit, plus on est efficace. Autant dire que toutes les mesures et les actions visibles au quotidien ne sont donc que la partie émergée de l’iceberg, qui vise à garantir plus efficacement la sécurité des populations.


Alimoka Iboussi, CLP


VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le commentaires sont fermés.

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires