Actualités

• Jeudi 11 août 2016 à 15h30

JO - En finale, la gymnaste Marine Brevet vit enfin son rêve olympique

Marine Brevet va tout faire pour décrocher une médaille ce jeudi soir. © Nolwenn Le Gouic/Icon Sport.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Marine Brevet va tout faire pour décrocher une médaille ce jeudi soir. © Nolwenn Le Gouic/Icon Sport.

À 21 ans, Marine Brevet vit enfin son rêve olympique. La gymnaste Viriatie l’avait effleuré en 2012. Sélectionnée en équipe de France pour les J.O. de Londres, elle avait déclaré forfait quelques semaines avant l’événement pour une blessure au coude. Cette fois-ci, la championne est bien au rendez-vous. Quand elle apprend la nouvelle lundi 27 juin, elle est bouleversée : « Cela m’a fait un flashback de quatre ans de galère, confie-t-elle. Deux ans de blessure et deux ans de retour… »


En quelques secondes, elle revoit tout : ses galères, ses blessures, son changement d’entraîneur, ses séances difficiles, son retour en compétition, ses bonnes performances. Quatre années en accéléré. « Quand je me suis fait mal il y a quatre ans, cela a été très dur, glisse la jeune femme. J’avais l’impression que cela n’était pas réel. Quand je me suis réveillé après l’opération, je pensais que j’avais fait un cauchemar… Là, on pense que quatre ans, c’est long. Mais j’ai vécu pleins de choses, et réalisé certaines dont je ne pensais plus être capable. J’ai participé à deux championnats du monde, deux championnats d’Europe dont un avec médaille. Ma blessure fait partie de mon histoire et m’a permis de me construire, de voir la gym autrement, de prendre plaisir à pratiquer ce sport ».


De Viriat à Rio


Il parait bien loin le temps des premiers agrès, défiés à Viriat. Même si la jeune femme n’a pas oublié. « Ma mère avait fait de la gym quand elle était petite et elle n’avait pas aimé cela, se souvient Marine. J’ai découvert la gym au centre aéré de Viriat et il a fallu que j’insiste auprès d’elle pour qu’elle me laisse en faire. J’ai débuté à l’âge de 4-5 ans, en 1999. Mon entraîneur – Amélie Massotte – m’a alors fait faire des stages de recrutement. J’ai intégré le pôle de Saint-Etienne en janvier 2006 ». Une sacrée révolution pour la jeune adolescente. « Je suis alors passé de 6 heures d’entraînement par semaine à 6 heures par jour, explique-t-elle. En junior, je suis vice championne d’Europe et ensuite tout s’est enchaîné. Avec quatre championnats du monde et six d’Europe au palmarès ».


Forte de ce CV et malgré la découverte des J.O., elle débarque avec une certaine assurance à Rio : « Les Jeux Olympiques, c’est la grosse compétition qui me manque, sourit-elle. Je veux y aller avec plaisir et envie ». Même si elle découvre les J.O., Marine Brevet endosse un rôle de capitaine de cette jeune équipe. « Je vais essayer d’amener l’équipe à penser que c’est une belle compétition mais que justement cela reste simplement une compétition. Il ne faudra pas se prendre la tête. Combien de filles aimeraient être à notre place ? Ce sera l’achèvement d’une belle aventure ».


Julien Veyre





> Finale à suivre ce jeudi 11 août à partir de 21 h

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Guide de l’été


  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires