Actualités

• Vendredi 12 août 2016 à 10h00

Montcornelles : le conseil communautaire ajourne sa décision et agace le maire d'Aranc

La décision du conseil communautaire sera connue le 20 septembre.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La décision du conseil communautaire sera connue le 20 septembre.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Daniel Mathieu s'agace de la lenteur avec laquelle avance le projet.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Régis Navarro a rendez-vous avec les élus pour expliciter son business plan.


« Je suis fâché », lâche Daniel Mathieu, maire de la commune hôte de Montcornelles. Lors du dernier conseil, au moment de voter les statuts de la SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) qui portera le projet, les élus communautaires ont en effet demandé à l’association Bugey chantier médiéval de revoir sa copie. « Ils estiment que le business plan manque de visibilité et que les statuts confèrent à l’association un rôle trop prépondérant », précise le chef d’orchestre du projet, Régis Navarro.


Manque de dialogue


Pour lui, il s’agit avant tout d’un problème de communication : « Nous n’avons sûrement pas trouvé la bonne manière de travailler avec les élus, nous pensions qu’ils étaient plus au fait de ce que nous faisons. Pour nous, tout est clair et structuré, mais nous aurions peut-être dû solliciter des moments de partage avec eux ».


Le dialogue est amené à s’intensifier, mais le maire d’Aranc exprime son agacement : « La création de la SCIC est nécessaire pour que Régis Navarro et son équipe recueillent les 600 000 € dont ils ont besoin. Pour finaliser cette étape, la Communauté de communes n’est engagée qu’à hauteur de 4 000 €. Certains dossiers très coûteux, comme les canons à neige, ont été validés bien plus rapidement… ».


« Volonté de retarder le projet » ?


Il perçoit « une certaine volonté de retarder le projet » et peste contre le revirement de Thézillieu. « L’ancien maire Franck Steyaert était d’accord pour soutenir Montcornelles, comme tous les membres du bureau. Depuis, son successeur Jean-Michel Cyvoct affiche son hostilité au projet… », déplore-t-il.


De son côté, Régis Navarro calme le jeu. « Nous pensions que ce vote serait une formalité, mais il n’y a aucun souci, nous allons retravailler afin d’éclaircir statuts et enjeux. » Il se prépare à trois rendez-vous décisifs avec les élus communautaires : le 30 août, il leur présentera son équipe (futurs salariés, référents techniques, membres de l’association) avant d’exposer un business plan et des statuts légèrement retravaillés le 2 septembre ; enfin, le 20 septembre, le conseil tranchera.


L’optimisme reste de mise


« Désormais, il faut que nous ne subissions plus trop d’aléas juridiques. Si, après ce conseil, le blocage persiste, nous abandonnerons le site d’Aranc et nous dirigerons vers un terrain de secours », affirme le père d’une cité médiévale à la gestation mouvementée. Avant les échéances des prochaines semaines, l’optimisme reste cependant de rigueur : « Notre projet est pertinent et performant. Nous avons déjà franchi beaucoup d’étapes et les derniers contacts avec les élus étaient très positifs ».



Paul Descamps

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires