Actualités

• Lundi 12 septembre 2016 à 8h00

Belley - Une solution se profile pour le casse-tête des bus scolaires

C. Tardy, J.Y. Hedon, D. Avocat, D. Abad, G. Flament, P. Berthet et V. Tabouret.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    C. Tardy, J.Y. Hedon, D. Avocat, D. Abad, G. Flament, P. Berthet et V. Tabouret.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le président Damien Abad.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Jean-Edouard Brun, nouveau proviseur de Lamartine.


Le président du Département, Damien Abad s’est rendu au lycée du Bugey lundi 29 août afin de trouver, avec les parents d’élèves des établissements belleysans, une solution au casse-tête des bus scolaires. Jusqu’à présent, collèges et lycées publics se trouvaient sur le même site, ce qui permettait d’effectuer une seule rotation pour tous les élèves. Avec l’ouverture du nouveau collège, situé à 1,3 km des lycées général et professionnel, une solution avait été proposée, à savoir instaurer la fin des cours des lycéens à 18 h pour dissocier le ramassage et transporter en premier lieu les collégiens. Décision qui a déclenché la colère de l’équipe enseignante et des parents d’élèves ! Rétropédalage immédiat avec un maintien de la fin de journée à 17 h, deux soirs par semaine, mais aucune solution pour instaurer une rotation dès la fin des cours…


Après une réunion fin juin en présence de Véronique Tabouret, vice-présidente en charge des affaires scolaires au Département, l’été est passé sans apporter de solution satisfaisante, d’où l’exaspération des parents… Et c’est une assemblée de plus de 150 personnes, chauffée à blanc, qui a accueilli Damien Abad. Ce dernier a aussitôt planté le décor en précisant qu’il avait hérité de ce problème, et ne l’avait pas créé : « Quand on construit un collège, on se pose la question du plan de transport scolaire. Sinon, on pose 23 millions d’euros sur la table pour emm… le monde !  ».


Des propositions, pas de décision


En fin diplomate, il a écouté les doléances de chacun et s’est efforcé d’apporter une solution qui satisfasse toutes les parties. Il a cependant posé un préalable : ne pas déroger aux règles essentielles de sécurité ! Hors de question, donc, de faire descendre les lycéens au collège à pied, ni d’installer un arrêt entre les deux établissements. Et refus de proposer une solution qui dégrade les conditions des collégiens. Après trois heures de discussion à bâtons rompus entre les différents protagonistes, une proposition, «  et non pas une décision », a été faite.


Tout d’abord sur le vendredi, en faisant terminer tous les élèves à 17 h afin que chacun puisse regagner son domicile dès la fin des cours. Gilles Flament, le proviseur du lycée du Bugey a rappelé que le lycée professionnel termine à 17 h 40 et que de nouveaux horaires ne pourraient être appliqués que s’ils sont validés par le conseil d’administration. Un nouvel écueil sur lequel il est prêt à s’atteler immédiatement afin de trouver une solution pérenne. Mais une réponse pour le seul vendredi n’a pas satisfait les parents d’élèves. Après avoir proposé de travailler sur les trajets afin de gagner du temps « jusqu’à 30 minutes sur certains itinéraires » a affirmé l’élu, une autre piste a été évoquée, qui a fait consensus. Les emplois du temps devront être modifiés afin que tous les lycéens puissent terminer les cours à 16 h 45.


Bonne volonté


« Techniquement impossible », selon Jean-Edouard Brun, le nouveau directeur de l’institution Lamartine et un véritable casse-tête pour Gilles Flament, qui a cependant promis que l’étude de faisabilité débuterait dès la fin de la réunion ! La Région, représentée par Jean-Yves Hedon, suppléant de la députée Stéphanie Pernod-Beaudon, est prête à apporter une aide financière. Si elle accepte de financer la navette qui emmènerait les lycéens vers le collège, le projet évoqué pourrait prendre forme. Pas de solution miracle dans un contexte particulièrement compliqué, mais une réelle bonne volonté affichée par Damien Abad, Gilles Flament et Pierre Berthet qui a souhaité apporter quelques précisions. Contrairement à ce qu’a affirmé un parent d’élève, le maire n’a jamais pris la décision d’interdire la circulation des bus à certaines heures dans Belley. D’autre part, un projet de ramassage scolaire intra-muros, ainsi que pour les hameaux de la ville, est actuellement à l’étude et serait financé par le prochain budget. Il a rappelé que la majorité actuelle, alors dans l’opposition, s’était vivement opposée au lieu d’implantation du nouveau collège.


«  C’est tout un système qui doit être changé et vous comprendrez que nous ne pourrons l’appliquer dès le jour de la rentrée. Je vous propose une date, le 15 octobre », a conclu Damien Abad, dont l’intervention a été applaudie par l’ensemble de l’assemblée.



Christine Thivel, clp



VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires