Actualités

• Vendredi 16 septembre 2016 à 5h00

Verjon - 8 mois de prison pour avoir renversé une joggeuse

Le conducteur qui avait renversé la joggeuse, le 24 juillet à Verjon, a écopé d'une peine de prison ferme pour blessures involontaires et délit de fuite.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Le conducteur qui avait renversé la joggeuse, le 24 juillet à Verjon, a écopé d'une peine de prison ferme pour blessures involontaires et délit de fuite.

24 juillet, à Verjon. Une joggeuse court sur la voie de droite de la départementale 52, avec les écouteurs sur les oreilles. Elle entend vaguement un bruit de moteur, sans qu’il ne l’inquiète particulièrement. Mais le conducteur de l’Opel Astra qui arrive derrière elle la percute, et la victime finit dans le fossé avec de nombreuses ecchymoses et le visage ensanglanté. L’apercevant dans son rétroviseur, l’automobiliste fait marche arrière, avant de prendre la fuite pour des raisons que la justice devait déterminer.


Le chauffard était jugé ce jeudi 15 septembre devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse, et devait répondre de deux faits : celui de délit de fuite, mais aussi celui de “violence avec usage ou menace d’une arme”. La victime affirmait en effet qu’il s’était arrêté auprès d’elle et que, plutôt que de lui porter secours, il avait brandi un couteau. Ce que le prévenu réfutait avec véhémence.

Lui a affirmé à la présidente du tribunal qu’il avait “saisi un tournevis, qui se situait sur (son) siège passager” mais qu’en aucun cas il n’avait voulu l’agresser. La jeune femme ne présentait pas la même version des faits. “Il m’a dit de monter dans sa voiture, avant de prendre la fuite lorsque je lui ai dit que mon mari était policier, ce qui était faux. C’était simplement pour lui faire peur car j’étais tétanisée”, a-t-elle écrit dans une lettre lue par la présidente lors de l’audience.


Une “lâcheté ordinaire”


L’homme, père de huit enfants et originaire des Ardennes, est décrit par l’expertise pyschiatrique comme “un sujet assez fruste qui a peu de capacité d’adaptation pour faire face à une situation imprévue”. Son avocat décrit de son côté le “procès de la lâcheté ordinaire”, en présentant son client comme simplement incapable d’assumer “les conséquences de ses actes”, en l’occurrence d’avoir percuté cette joggeuse.

Le tribunal lui inflige finalement une peine de huit mois de prison ferme et ordonne son maintien en détention, mais le relaxe pour les faits de violences volontaires. Une condamnation qu’il faut ajouter à une peine de six mois de prison qu’il purge actuellement pour des attouchements sexuels sur sa fille de 15 ans.


L. L.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Verjon - 8 mois de prison pour avoir renversé une joggeuse5.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires