Actualités

• Jeudi 13 octobre 2016 à 17h47

A Oyonnax, Pierre Gattaz partisan du "trotskisme libéral"

De gauche à droite : Patrick Martin, président du Medef Rhône-Alpes Auvergne, Pierre Gattaz président du Medef national, et Alain Palisse, président du Medef de l'Ain.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    De gauche à droite : Patrick Martin, président du Medef Rhône-Alpes Auvergne, Pierre Gattaz président du Medef national, et Alain Palisse, président du Medef de l'Ain.

Le patron des patrons français deviendrait-il révolutionnaire, communiste même ?! A Oyonnax, ce jeudi 13 octobre devant un parterre de chefs de petites et moyennes entreprises, rassemblés par le Medef de l’Ain, Pierre Gattaz s’est déclaré à plusieurs reprises partisan d’un trotskisme…libéral. Ses paires qui auraient eu des sueurs froides ont été rassurés par les explications du “big boss” de Radial. Il veut emprunter au célèbre penseur marxiste sa méthode pour propager les idées de son syndicat dans tous les cercles du pouvoir : l’entrisme.


Campagne


A quelques mois de l’élection présidentielle, sans être lui-même candidat à la fonction suprême, le président du Medef est aussi entré en campagne pour faire du lobbying auprès des prétendants de droite et de gauche. Car l’heure est grave, selon lui. “Si on loupe mai 2017, je ne vois pas comment la France va pouvoir se redresser“. Le patronat attend quatre engagements du futur Président de la République. Le premier : réduire les charges, la fiscalité (supprimer l’impôt sur la fortune notamment), pour redonner des marges aux entreprises. Le deuxième : déverrouiller le marché du travail, en le simplifiant. “Il suffit de revenir à la première version de la loi El Khomri. Tout y est“, insiste Pierre Gattaz. Le troisième engagement concerne la simplification administrative : pour y parvenir, le patron du Medef préconise de mobiliser sur cette tâche 5% des fonctionnaires d’Etat. La quatrième  attente concerne une réforme de fond de l’Education Nationale, accusée de “faillite“. Les patrons veulent un enseignement qui donne toute sa place à l’apprentissage, s’inspirant des modèles suisse et allemand.


L’Ain, exemple à suivre


Considérant les atouts de la France, mal utilisés ou mobilisés selon lui depuis trente ans, Pierre Gattaz pense que tous les candidats à l’Elysée devraient être motivés par un unique objectif : “ramener le taux de chômage à 5%“. Et la clef de cette réussite, selon le patronat ne peut être que l’entreprise. A Oyonnax, Pierre Gattaz a fait plaisir aux dirigeants et élus de l’Ain, en citant le département comme exemple à suivre en matière de développement économique. “C’est l’un des plus industriels de France. Ses entreprises sont de petites tailles, familiales, pratiquant le dialogue social pragmatique. Et les élus ont le souci de leur donner un environnement propice“.

Philippe Cornaton

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires