Actualités

• Vendredi 21 octobre 2016 à 11h52

Demandeurs d’asile : Bourg-Habitat demande une mesure d’expulsion de ses locaux

Plusieurs familles de migrants dorment dans la rue.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Plusieurs familles de migrants dorment dans la rue.

Interrogé lors d’une récente réunion de quartier sur la présence de demandeurs d’asile rue des Prés de Brou (essentiellement des ressortissants albanais et kosovars), Jean-Francois Debat, maire de Bourg-en-Bresse, a fait le point de la situation : « Les anciens locaux d’Emmaüs et, de l’autre côté de la rue, d’anciens locaux du CAT de Pennesuy qui appartiennent aujourd’hui à Bourg-Habitat sont effectivement occupés par des demandeurs d’asile ou de déboutés du droit d’asile présents depuis plusieurs semaines pour certains d’entre eux.  L’installation dans la partie ex -CAT est plus récente. Ce sont dans ces locaux  qu’il y a eu un incident lié au chauffage qui aurait pu être grave ». Le maire a indiqué qu’il avait demandé au Préfet que les demandeurs d’asile soient hébergés, ce qui est de la responsabilité de l’Etat, et que, comme le prévoit la loi,  les déboutés soient reconduits: « Selon mes dernières  informations sur les occupants des lieux, les demandeurs sont majoritaires et les déboutés minoritaires. Des familles de demandeurs ont déjà étaient relogées la semaine dernière ».


« Des conditions de de dangerosité pas acceptables »


Considérant la mise en danger des  occupants, Bourg-Habitat a demandé une mesure d’expulsion de ses locaux de façon à que cette situation ne s’installe pas dans la durée à l’approche de l’hiver. De l’autre côté de la rue, l’association Emmaüs propriétaire n’a pas procédé à une telle demande. « Pour des raisons qui lui sont propres et que je n’ai pas à juger » a dit le maire. « Mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas se préoccuper des conditions dans lesquelles ses personnes vivent. Il faut faire en sorte que des familles avec enfants soient hébergés ailleurs et que la distinction soient faites entre les demandeurs et les déboutés ». Pour J-F Debat : « Il n’est pas question que ce secteur de la ville devienne un lieu durablement transformé en squat avec des conditions de précarité et de dangerosité pas acceptables ». Comme il s’y était déjà engagé, le maire a aussi rappelé qu’il ne voyait pas d’inconvénient à un projet de création d’un centre de demandeurs d’asile géré par l’Etat sur le territoire de ville de Bourg.


Plan hiver : Le Préfet peut réquisitionner un gymnase


Répondant à une riveraine qui s’inquiétait de l’approche de l’hiver et du sort de ces migrants, le maire a reconnu que la question n’était pas simple : « Il est difficile d’affirmer qu’on va trouver la solution demain, il n’y a pas de miracle ! Mais nous devons agir avec un certain nombre de principes.  Comme la commune de Péronnas, nous sommes également sollicités dans le cadre du Plan hiver pour mettre à disposition des équipements notamment des gymnases  qui pourraient être utilisés pour des accueils d’urgence. Si le Préfet estime nécessaire d’y recourir pendant quelques jours, il peut le faire dans le cadre d’une réquisition, c’est de sa responsabilité. A mon niveau, il m’appartient de l’alerter quand nous sommes dans une situation dangereuse. Une chose est certaine il n’est pas possible que les demandeurs d’asile passent l’hiver rue des Près de Brou».

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires