Actualités

• Mercredi 2 novembre 2016 à 7h55

Ceyzériat - Monique et Mario Molard : passion Afrique

Monique et l'équipe médicale.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Monique et l'équipe médicale.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Mario et quelques adeptes du Vaudou.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Pas de légende pour cette photo


Il y a dix ans, la retraite approchant, Monique et Mario Molard se demandaient comment ils allaient combler leur soif d’aventure et leur curiosité naturelles. Une destination les attirait depuis longtemps : l’Afrique. Les chantiers Concordia* proposaient des missions là-bas. Des chantiers plutôt à destination des jeunes, mais qu’importe ! Un sac à dos, et en route pour le Togo. L’aventure a débuté comme dans un film tragicomique : la personne qui devait les accueillir attendait des jeunes et ce n’est qu’au bout de plusieurs heures qu’elle s’est rendu compte que les “jeunes”, c’était eux ! Ils ont dû pousser le taxi. Le chauffeur grillait les feux rouges pour ne pas s’arrêter dans des endroits peu sûrs. Il a eu un accident. Ils ont dû pousser à nouveau la voiture qui redémarrait sans Monique qui est arrivée plus tard en moto. Mais qu’importe, toutes ces péripéties n’ont entamé en rien l’optimisme de ces aventuriers modernes ! Ils ont visité le pays et n’ont pas tardé à lier connaissance avec les habitants. Le hasard les a emmenés à Adeta où ils ont rencontré les femmes du village. Une analyse de la situation leur permettait de cibler le problème majeur, le paludisme infantile, et sa parade, les moustiquaires imprégnées. Ils ont décidé de fonder une association : Adeta, avec Monique comme présidente.



Des rencontres



Forte d’une vingtaine de membres, l’association organise des événements pour récolter des fonds : concerts, ventes artisanales et des expositions pour se faire connaître. L’argent en poche, ils retournent à Adeta où ils rencontrent l’équipe médicale et en particulier un docteur qui deviendra leur ami, Daniel Djanta qui se chargera de faire distribuer les moustiquaires achetées et qui en profitera pour faire passer des messages d’hygiène auprès de la population. La relation de confiance établie les conduira quelques années plus tard à offrir à l’équipe un stérilisateur avec, chose très importante en Afrique, la maintenance assurée par des ingénieurs bio-médicaux.


Depuis, l’histoire d’amour continue. Monique et Mario ont visité le Mali, le Burkina Faso, le Bénin. Les rencontres se sont multipliées : Gabin, Valentin… que vous retrouverez dans le film Afrique, mon Afrique, qui parle de sujets comme le micro-crédit, l’école, la santé, la musique, l’agriculture, la religion… Dernièrement, ils ont présenté au château Vodou de Strasbourg – musée d’art vaudou riche de plus de 800 pièces, Marc Arbogast, ancien président de la brasserie Fisher Adelshoffen, passionné d’Afrique – un autre film Le Vaudou, un regard différent qui présente cette religion loin des clichés qu’ont pu véhiculer les films occidentaux et qui se résumaient à maléfices et zombies ! Ils ont insisté sur l’esprit d’ouverture qui caractérise ses pratiquants et qui les fait côtoyer catholiques, musulmans, évangélistes, dans un esprit œcuménique. Pour conclure, l’aventure n’est pas finie pour ces deux humanistes. Ils vous donnent rendez-vous au mois de juin pour un concert de Courant d’Eire, sur youtube pour les films et, pourquoi pas, sur les pistes africaines pour partager avec vous le plaisir de la rencontre.


*Les chantiers Concordia, c’est un groupe de 15 à 20 bénévoles venus des 4 coins du monde qui s’engagent ensemble sur un projet d’intérêt général aux côtés des habitants du lieu, qu’il soit rural ou urbain, avec l’aide de deux animateurs.





VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Ceyzériat - Monique et Mario Molard : passion Afrique4.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Le paludisme est une maladie potentiellement mortelle due à des parasites transmis par l’homme par des piqûres de moustiques femelles infectées. Plus de 3 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, sont exposées au risque de contamination même si celui-ci est en diminution. L’Afrique subsaharienne supporte une part disproportionnée de la charge mondiale du paludisme. En 2015, 90 % des décès dus à cette maladie sont survenus dans cette région.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires