Actualités

• Vendredi 18 novembre 2016 à 21h58

Basket Pro B - La JL Bourg gifle Charleville

Youssou Ndoye s'est battu sous les paniers avec son alter-ego. © V. Janiaud

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Youssou Ndoye s'est battu sous les paniers avec son alter-ego. © V. Janiaud

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Garett Sim a inscrit 16 points et délivré 8 passes décisives. © V.Janiaud

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Maxime Courby, l'un des artisans de ce succès bressan. Photo d'archives.

La JL Bourg s’est largement imposée 107 – 76, face à Charleville-Mézières (2e). Ce vendredi soir à Ekinox, les hommes de Savo Vucevic signent leurs quatrième victoire de la saison, en six journées. Au terme d’un match énorme.



Charleville sans complexe



Après une entrée dans la compétition délicate lors de la Leaders Cup, où l’équipe n’avait remporté qu’un seul match, l’Etoile de Charleville-Mézières a attaqué le championnat de la meilleure manière. Elle n’avait perdu que la seule rencontre à domicile face au leader actuel de la ProB, Fos-sur-Mer. C’est donc une équipe sans complexe, qui va disputer son troisième match à l’extérieur, avec l’intention de faire un coup sur le parquet de la JL.




A Bourg, Houmounou toujours préservé



L’équipe bressane rentre dans sa configuration habituelle : Braud, Rush, Ndoye, Sim et Peacock. Cédric Heitz fait le même choix : Fouse, Brown, Hermannsson, Buterlevicius et Koné. Et c’est l’équipe visiteuse qui a l’occasion d’ouvrir la marque à deux reprises par Wilbert Brown mais qui se rate de loin et dans la peinture. Erik Rush, à la bagarre avec Mohamed Koné, est victime d’une faute mais lui non plus ne convertit pas ses lancers.



C’est à la 3ème tentative que Brown trouve la mire. Philippe Braud lui répond à longue distance sur une passe de Garrett Sim. Le match est lancé et les débats s’équilibrent avec Zachery Peacock, à l’intérieur mais aussi derrière l’arc, et Youssou Ndoye, que l’on retrouve plus dynamique pour un duel en haute altitude avec Mohamed Koné.



Pour l’Etoile, les rookies s’occupent des affaires pour maintenir leur équipe sur les talons de la JL (10-8, 4ème). Le feu d’artifice à 3 points commence. Sim, de nouveau Peacock et Pierre Pelos tirent une salve longue distance permettant aux Bressans de terminer le quart-temps avec 11 tirs sur 15 tentés dont 5 sur 6 primés et un premier écart de 9 unités (27-18). La défense a commencé son travail de sape permettant aux attaquants de disposer de bonnes positions de shoots grâce à une bonne distribution (7 passes) et peu de pertes de balle (3).



Tuer le match

 

 

Les Bressans poursuivent avec beaucoup de rythme et d’adresse. Avec 57 points marqués à la pause et un écart de 20 unités, on pouvait penser que le match était plié.



Pour calmer les velléités des visiteurs, Peacock envoyait tout de suite un message à 3 points (son 3ème sur 3 essais) et se chargeait de faire enfler le score avec 10 points dans ces dix minutes. Charleville peine sous les coups de butoir de la JL. Cédric Heitz prend un temps mort à 2 min 20 de la fin que ce 3ème acte et preuve que rien ne va, sur la remise en jeu de Simas Buterlevicius, Kevin Joss-Rauze intercepte la passe et Maxime Courby marque sur une passe de Pelos. Desseignet porte l’avantage à 31 points avec un petit flotteur, genre Tony Parker, dans la dernière minute (80-49) avant de clore sur la marque de 82-51.



Il reste 10 minutes pour terminer en beauté ce match. Koné va sonner la révolte. Malgré 4 fautes personnelles, il va aligner une série de 11-2 avec l’aide de Damien Bouquet (1 dunk) pour ramener le score à 84-62. Sim envoie sa réponse avec son 3ème tir primé. Joss-Rauze, Ndoye, Sim et Pelos percent la défense. Et Savo Vucevic fait entrer Bali Coulibaly. Premières minutes sur le parquet et premiers points : deux tirs intérieurs dont un avec la faute pour passer le cap des 100 points (102-72) à 2 minutes du terme. Les spectateurs sont debout pour conduire leur équipe au terme d’une victoire amplement méritée (107-76) avec une évaluation (135-71) qui fixe la hauteur de la performance.



Vincent Janiaud, correspondant local


Réactions :


Cédric Heitz, entraîneur Charleville-Mézières :

« Lorsqu’on enchaînait une bonne série, il y a un 3 points qui est venu nous crucifier que ce soit Sim, que ce soit Peacock, que ce soit au début du match alors qu’on étaient partis avec de bonnes intentions. Il y a des paniers qui nous ont vraiment fait mal et qui nous ont vraiment freiné dans notre volonté de revenir. C’est le propre des grands joueurs de mettre des paniers importants au moment opportun. Ce soit, ils ont fait ce qu’il fallait pour nous laisser loin.

(Sur la différence de valeur entre les bancs des deux équipes): Il n’y a pas que le banc. La différence, elle est à chaque centimètre entre Bourg-en-Bresse et Charleville-Mézières. Chaque centimètre est différent, chaque centimètre de structure, de capacité financière, de sponsors, de subventions, de talents sur le terrain. Tout est supérieur. Je ne vais pas vous faire un détail de ce que je pourrais faire avec le budget de Peacock : je pourrais avoir un autre banc. »


Pierre Pelos, intérieur JL Bourg :

« Je trouve qu’on a fait un bon match parce que tout le monde s’est mis au service de l’équipe. Zach a eu la main chaude. On a réussi à le trouver et il a eu des tirs ouverts. Après il s’est créé ses shoots […] Même les gamins. Ça fait plaisir. On voit Bali, il rentre, il joue son premier ballon, il marque […] On se rend les choses faciles à domicile. Il reste à faire le même travail à l’extérieur, ce qu’on est capable de faire ».


Savo Vucevic, entraîneur JL Bourg  :

« Bonne prestation, bon match et le résultat est là […] Peut-être au niveau technique, tactique, c’était bien mais on doit encore beaucoup travailler au niveau du mental aussi, au niveau dureté, continuité. C’est un travail permanent. D’un match à l’autre, ça peut changer. Ce qui m’intéresse c’est de bétonner quelque chose qui sera présent. Au moins on n’aura pas ce problème de jeu “yoyo”, d’avoir des trous dans un match ou match après match. Comme ça on peut bâtir quelque chose de bien, de grand […] Moi je veux, même quand une équipe est excellente, qu’elle joue bien au basket que nous on soit encore meilleurs. Qu’on trouve des solutions pour les battre. On se repose beaucoup sur le collectif, sur dix joueurs, sur un rythme et des fois c’est pas toujours évident qu’on puisse y arriver […] Nous ce soir, on a bien fermé ce petit meneur (Hermannsson) et Brown, qui est un joueur polyvalent. Et après quand ça a marché c’est une question de temps. On les a complètement asphyxié avec un rythme qu’on a imposé ».

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Basket Pro B - La JL Bourg gifle Charleville4.051

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires