Actualités

• Mercredi 14 décembre 2016 à 15h04

Foot Ligue 1 - Mathieu Gorgelin, d'Ambérieu au poste de dernier rempart de l'OL

C'est au centre d'entraînement de l'OL, à Tola Vologe, que Mathieu Gorgelin poursuit sa carrière, qu'il a entamée entre le Ambérieu FC et le Saint-Denis Ambutrix FC.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    C'est au centre d'entraînement de l'OL, à Tola Vologe, que Mathieu Gorgelin poursuit sa carrière, qu'il a entamée entre le Ambérieu FC et le Saint-Denis Ambutrix FC.

Quand il a tapé pour la première fois dans un ballon, à l’âge de six ans, Mathieu Gorgelin n’envisageait certainement pas un avenir de footballeur professionnel à l’Olympique Lyonnais. « Je voulais m’amuser, être avec mes copains », résume-t-il. À 25 ans, le gamin qui a grandi entre Ambérieu et Saint-Denis-en-Bugey, a profité des départs de Hugo Lloris à Tottenham et de Rémy Vercoutre à Caen, pour devenir le gardien remplaçant du club rhodanien. Derrière son pote d’enfance Anthony Lopes. « Le terrain n’était pas fait pour moi, explique-t-il, pour justifier son poste de gardien de but. En fait, je n’ai jamais cherché à voir autre chose. »



Une histoire d’amour précoce entre lui et l’OL



Mathieu Gorgelin n’a que 11 ans, lorsqu’il quitte sa ville natale. Avant de rentrer en 5e, il prend la direction de la cité des Gaules. « J’ai intégré l’OL à l’issue de mon année de CM2, se souvient-il. Je venais faire des entraînements de gardien, et un an plus tard, le club me proposait d’intégrer les catégories jeunes. » La suite ? L’Ambarrois gravit tous les échelons à Lyon. Et son appétit vient en mangeant. « On se prend vite au jeu, convient-il. Quand on a douze ans, les six premiers mois sont compliqués. T’as deux solutions : soit tu tentes ta chance, soit tu retournes dans ta campagne. » Il optera pour la première.



À 15 ans, le jeune portier décroche son premier contrat, et sort du cursus scolaire après son année de 1ère. Prêté au Red Star (National) l’année de ses 21 ans, pour gagner du temps de jeu, Mathieu Gorgelin connaît une saison en demi-teinte : « J’ai joué six mois, avant de me blesser. » De retour dans le Rhône, Lloris, Vercoutre et Lopes lui barrent la route. « Antho (Lopes, N.D.L.R.) venait de faire une super-saison en CFA, donc il est passé devant moi dans la hiérarchie », livre le Bugiste.



Révélé un soir de derby à Saint-Etienne



Il effectue ses premières apparitions en professionnel, Ligue 1 intervient le 2 novembre 2013, contre Guingamp, puis en Europa League contre Rijeka. Il se révèle surtout le 10 novembre 2013, dans le cadre d’un derby à Saint-Etienne, remporté 2-1 par l’OL dans le temps additionnel. « J’étais heureux mais je ne me suis pas emballé non plus, on n’avait pas gagné de titre, temporise, lucide, le jeune portier. La trêve est intervenue un mois plus tard, je suis revenu à ma place. Je me suis remis au travail. » Plus tôt ce soir-là, lors de l’échauffement, son entraîneur Joël Bats avait accroché une écharpe lyonnaise dans les filets des buts de Geoffroy-Guichard. Déclenchant la colère des Stéphanois, dont une partie du public du kop sud avait réussi à pénétrer sur la pelouse. « C’était prévu, pour mettre la pression du public sur lui (Joël Bats), et que cela me laisse tranquille, livre le joueur. J’étais préparé à cela. Rémy (Vercoutre) m’avait protégé. Je n’ai pas paniqué. Il ne pouvait pas m’arriver grand-chose, on n’attend simplement que cela se passe. Je préfère subir la pression d’un tel public, que de jouer en CFA où il n’y a quasiment personne au bord du terrain. J’étais dans ma bulle, j’ai pensé à moi, à mon match. » La saison dernière, Mathieu Gorgelin a vécu l’intégralité de la saison sur le banc de touche. « Antho a fait une saison pleine, poursuit-il. Malgré tout, j’ai senti que je progressais aux entraînements. Aujourd’hui, je fais certaines choses plus facilement. »



Deux apparitions cette saison



Plus récemment, le gosse d’Ambérieu a été titulaire à deux reprises. À Nantes le 1er décembre (0-0) et à Gerland deux semaines plus tard contre Tours, en Coupe de la Ligue (2-1). « Le public nantais est chaud aussi, mais pas comme à “Sainté”. On est tout de suite dans le bain, sourit-il. Contre Tours, j’étais plus serein. C’était mon deuxième match en deux semaines, donc j’avais accumulé un petit rythme. » Malgré son déficit de temps de jeu, ses prestations tournent à son avantage. « J’ai fait des choses pas mauvaises, pour quelqu’un qui n’avait pas joué depuis longtemps, glisse-t-il, l’air un peu gêné. Il y avait quand même pas mal de détails à régler, notamment quelques automatismes avec ma défense. Des détails que je ressens quand je ne joue pas souvent. » Sous contrat avec l’OL jusqu’en 2017, Gorgelin assure « ne se poser aucune question sur son avenir. Ici, je suis proche de ma famille, et dans l’un des plus gros projets de France. Dans la carrière d’un joueur, c’est beau d’intégrer un nouveau stade (à Décines où l’OL jouera ses prochains matchs, N.D.L.R.). Je sais que beaucoup de monde aimerait être à ma place. Et puis, on est bien à Lyon. »




Cyprien Dumas




> Cet article est paru dans la version papier de Voix de l’Ain du 23 décembre 2015.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires