Actualités

• Mercredi 11 janvier 2017 à 17h00

Ceyzériat - « Va me chercher la pompe pour gonfler les ampoules ! »

Jeanine et Roger Augier.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Jeanine et Roger Augier.

Nous avons rencontré une personne qui rappellera bien des souvenirs aux adultes jeunes et moins jeunes qui l’ont forcément rencontré au cours d’une des nombreuses fêtes foraines auxquelles il a participé. Roger Augier et son manège de petites voitures.



Pouvez-vous vous présenter ?


Je suis né en 1930 à Bourg où j’ai habité rue du Gouvernement dans une maison que l’on appelait l’Arche de Noé. Nous étions 12 enfants et mon père était scieur de bois ambulant. Il se déplaçait chez les gens avec une scie à ruban qu’il avait construite lui-même. On a toujours été débrouillard dans la famille !



Quelle a été votre vie professionnelle ?


Je suis rentré à la Tréfilerie Câblerie de Bourg le 27 octobre 1947. La paye était assurée. J’ai fait d’autres boulots mais le week-end, j’allais chez M. Ponthus qui tenait un manège d’autos tamponneuses repris par la suite par son fils puis par son petit-fils. J’encaissais les tickets, il n’y avait pas de jetons automatiques. Cela avait beaucoup de succès. Je me souviens des prisonniers allemands qui venaient faire des tours. Ils sont restés quatre ou cinq ans et parfois plus puisqu’il en a même un qui est devenu infirmier à la câblerie !



Et ensuite ?


J’ai rencontré ma femme Yvette mais que tout le monde appelle Jeannine. Nous nous sommes mariés en 1951. Nous avons décidé de faire fabriquer un banc de 3 mètres de long et de vendre des jouets, des bonbons, des cacahuètes à la sortie des bals ou dans les fêtes. Nous vendions même des chewing-gums à l’unité ! Avec l’argent gagné, nous avons acheté un tir puis un manège dont la carcasse a été fabriquée par la société Merlin de Jujurieux, qui s’était spécialisée dans ce genre de travail. Je suis allé chercher les « sujets » (voiture, tank…) au Puy-en-Velay. Nous vivions en caravane. J’adorais ça !



Comment se passait une vogue ?


On s’installait en milieu de semaine pour être prêts le samedi et le dimanche. Les habitués étaient prioritaires mais tout dépendait de l’autorisation des maires. On restait parfois jusqu’au mercredi. On faisait 22, 23 vogues par an. On allait jusqu’à Montceaux-les-Mines.



Quelles étaient vos relations avec les autres forains ?


Nous ne faisions pas vraiment partie du monde forain. Il y a eu parfois des problèmes comme des toiles déchirées, mais le plus gros problème est arrivé en juillet 1968 où un feu mystérieux a détruit une partie du manège dans le camion. Le soir même, nous sommes allés chercher des voitures en Belgique ! On était prêt huit jours après. Il fallait faire vite, quelqu’un était déjà là pour prendre la place.



Et vos relations avec les enfants ?


Quand un enfant n’avait pas d’argent, je lui disais « Va demander l’heure à la dame qui tient le tir » (c’était ma femme) ou bien « Va demander la pompe pour gonfler les ampoules au monsieur des autos tamponneuses ». Quand il m’avait rendu ce « service », il avait droit à un ticket gratuit !



Avez-vous des enfants ?


Nous avons eu trois enfants : Pascaline, Patrick et Gaëtan, quatre petits enfants : Coralie, Ophélie, Aurélie et Aurore et six arrières petits-enfants : Preston, Marvin, Shyrel, Eléna, Stanislas et Killian. Personne n’a repris le flambeau mais les arrières petits enfants sont encore jeunes.



Et votre installation à Ceyzériat ?


Nous nous sommes installés en 1964 dans une maison que nous avons construite avec l’aide d’amis. Quand ma femme a été en fauteuil, j’ai construit une cage d’ascenseur pour lui permettre de se déplacer facilement. Mais j’aurais aimé vivre en ville.



Vous regrettez le manège ?


J’étais le roi du pompon. La docteure qui soigne ma femme et sa mère avant elle s’en souviennent encore. Parfois les gens m’arrêtent dans la rue pour parler du bon vieux temps. Ma femme est un peu jalouse car elle est moins reconnue que moi mais, elle n’avait pas le pompon !

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Ceyzériat - « Va me chercher la pompe pour gonfler les ampoules ! » 3.556

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires