Actualités

• Mardi 31 janvier 2017 à 8h00

Carbur'en Scène, 9 : du burlesque, de l'engagé et de la nage synchronisée !

La comédienne Marie-Do Fréval dans Tentative(s) de résistance(s), l'OVNI du festival. Les 3 et 4 février à 21h.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    La comédienne Marie-Do Fréval dans Tentative(s) de résistance(s), l'OVNI du festival. Les 3 et 4 février à 21h.

« On va pas se gêner ! » Réquisition de la salle des fêtes de Bourg-en-Bresse et outrage aux bonnes vieilles mœurs, les effrontés de la Dieselle compagnie reviennent pour une 9e édition de leur festival Carbur’en scène, du 1er au 4 février. Et ils ne vont pas se gêner, qu’ils disent. Un seul et unique lieu cette année, le festival va d’abord tenter d’attirer les enfants dans ses filets. La compagnie se donne un après-midi, le mercredi pardi, pour arroser le jeune public avec pour thème, la piraterie. Au programme, Petrek et son livre Jojo la Cloche, ou encore Martial Victorain et son Alfred Chocotte et le voleur de rêves, deux écrivains locaux en dédicace, des lectures « surprises », des jeux en veux-tu, en voilà, et un spectacle de marionnettes En attendant Coco par la compagnie Le loup qui zozotte. « C’est la première année qu’on fait un mercredi pour les petits, explique la comédienne Christine Larivière, nous, on fait plutôt pour les grands… »


Justement, même jour, même lieu donc, à 19 h, place aux coulisses jamais révélées du festival. La compagnie présentera le programme à travers un show déambulé, « on passera même par la cuisine », les pas-gênés, « un moment un peu insolite », qui sera aussi l’occasion pour la compagnie de réveiller les souvenirs des bénévoles et des spectateurs, « drôles, insolites et même coquins… »


Avant de découvrir sur scène, la nouvelle création, encore en chantier, de la Dieselle : Groseille et Mandarine, dont la mouture finale est prévue pour la mi-mai. Un salon de coiffure, deux femmes et des clients exclusivement masculins… Le spectacle est « très interactif », précise Christine Larivière, les spectateurs sont prévenus.

Durant ses quatre jours de festival, la compagnie proposera ses coups de cœur et des découvertes. Une sélection impossible sans elle.


Jeudi par exemple, un Récital de salle de bains, suivi du Cabaret des filles difficiles, « pendant que tout le monde sera à Ekinox pour voir Renaud », du lard et du cochon évidemment. « Une soirée spéciale femme, féminine et féministe ». De quoi filer à Ekinox, pour certain(e) s… Les plus aventureux se laisseront peut-être tenter par des chansons de baignoire lyriques et théâtralisés ou ce cabaret improbable, engagé, poétique et grinçant.




Carbu’Boom


« Cette année on a essayé de créer de l’animation ». Vendredi, pour ne citer qu’une bizarrerie, les spectateurs seront accueillis et épouillés par des hommes préhistoriques, « venus vous piquer vos femmes » préviennent les organisateurs. Les moins échaudés poursuivront la journée, selon l’heure, devant le conte musical Ceux que la mer menace, une histoire migratoire mélangeant conte et récit politique. Plus tard, ils auront le choix entre deux spectacles : Tentative(s) de résistance(s) par la compagnie Bouche à Bouche, l’OVNI du festival, le coup de cœur officieux . « Elle nous a scotchés, on la voulait ». Et si Marianne n’était pas de plâtre, que raconterait-elle ? Marie-Do Fréval, auteur et comédienne, a imaginé… « C’est jamais vulgaire mais c’est hyper trash » confie Christine Larivière. Le spectacle est d’ailleurs déconseillé au moins de 16 ans. Juste à côté à la même heure, le ton reste engagé, l’autre coup de cœur de la compagnie : Tripalium de la compagnie lyonnaise Marzouk Machine, une farce contemporaine, quatre comédiens qui parlent monde du travail. « C’est burlesque, très moderne, ça file tout droit ! »


Pour ceux qui ne sauront pas choisir, Tripalium et Tentative(s) de résistance(s) seront rejoués samedi soir. Samedi dans la journée, des jeux toujours, l’espace plage et d’autres rendez-vous dès le matin, pour tous les âges. Merci… de rien, un spectacle de clown, Le grand livre des contes, des marionnettes, Jean-Pierre, lui, moi, du théâtre, à nouveaux des lectures et de la natation synchronisée, bien sûr, avec le spectacle Plouf et replouf : des clowns muets et une piscine sur fond de baignade interdite…Le festival se terminera sur la Carbu’Boom, samedi dès 22 h 30. « Une boom qui fait aussi spectacle » indique Christine Larivière. Et le spectacle, ce sera donc aussi le spectateur. Autour d’astres installés par Vladimir Spoutnik, « on va se bouger le popotin sur des musiques lunaires, il nous servira le thé et nous proposera des chorés qu’il faudra suivre absolument » promet la comédienne.


Malgré tout ça, tout au long du festival, « on aimerait bien que les gens restent un peu avec nous… » Car Carbur’en Scène, c’est aussi le Carbu’Village. Les organisateurs proposeront cette année « des vrais repas, des temps entre les spectacles, des jeux, des animations, des entresorts » et pas de mal de second degré.


Marion Villeminot




Du 1 er au 4 février, salle des fêtes de Bourg-en-Bresse. Renseignements : www.carburenscene.fr ou 07 83 47 54 08/06 85 40 94 56.




VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

Réagissez

Réagir à cet article

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • Guide de l’été


  • Formation 2017

  • Annonces de matchs USB

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Seniors

  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Nos partenaires