Actualités

• Mardi 14 février 2017 à 16h01

Bourg-en-Bresse - Manifestation à l’EHPAD Emile Pélicand : « on nous rend maltraitant »

Infirmières et aides-soignantes se disent dans l'incapacité de pratiquer leur métier correctement.

  • Illustration actu Grande illustration actu

    Infirmières et aides-soignantes se disent dans l'incapacité de pratiquer leur métier correctement.

Une soixantaine d’ agents et résidents de l’EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Emile Pélicand, à Bourg-en-Bresse manifestait, ce mardi, devant les grilles de l’établissement.

Un mouvement co-organisé par la CGT et l’association des familles.

Objectif : dénoncer les conditions de travail de plus en plus critiques et leurs conséquences « dramatiques » sur la vie des personnes âgées.

Au cœur du malaise : l’argent. Il en manque cruellement. Impossible d’assurer un niveau d’encadrement correct (il est de 0,37) et le remplacement des salariés absents, qui pour des questions de santé, qui pour des congés maternité.

« J’adore mon travail, mais je n’arrive plus à cautionner ce qui se passe ici », résumait une aide-soignante qui travaille ici depuis 13 ans .

« A force de tirer sur la corde, on nous rend maltraitant. On se retrouve parfois seule pour s’occuper d’une trentaine de personnes, dont certaines peuvent être démentes. Certains fuguent. Quand on s’occupe d’une personne, on a peur qu’une autre tombe à l’autre bout du couloir. Je suis à la fois écoeurée et angoissée que la seule réponse qu’on nous apporte est qu’il n’y a pas d’argent. »


Des problèmes d’hygiène, de sécurité et de dignité



Cela se traduit par des problèmes d’hygiène et de bien être. « Pas le temps de faire le ménage, ni même les toilettes des gens. Certains ne peuvent prendre qu’une douche par mois (…) Les repas s’apparentent parfois à du gavage… »

Et Jean-Michel Fonquerni, représentant des familles de livrer cette édifiante anecdote : « parfois, le dimanche, les agents ont pour consigne de ne pas habiller les résidents qui ne reçoivent pas de visites, afin de gagner du temps et de ne pas avoir à la déshabiller le soir ! »

Tout semble à l’avenant dans ce lieu qui héberge parmi les personnes les plus modestes du secteur. Parce que c’est le moins cher. ” 1 800€ par mois à la charge des résidents ou de leur famille”, précisent Régils Gaillard et Guillaume Vincent, de la CGT.

Tous demandent le déblocage urgent de moyens afin de remettre les effectifs à niveau et d’assurer les remplacements.


Etienne Grosjean


Plus d’infos dans la version papier de ce 17 février.

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Bourg-en-Bresse - Manifestation à l’EHPAD Emile Pélicand : « on nous rend maltraitant »2.957

Partagez

... échangez, publiez cet article sur les sites où vous avez un compte personnel.

1 commentaire

Réagir à cet article

Vos commentaires

  • champagne

    c’est malheureux dans arriver la , dans l’hepad ou je boss on a actuellement 4 AS, 4 ASH et 2 IDE par équipe en tous deux équipes qui travail en 10h pour 51 résidents ,et 1AS et ASH la nuit quand les travaux seront fini nous passeront a 61 résidents et 6 AS ou lieux de 4 mais cela nous semble pas possible car la direction n’arrive pas a recruter malheureusement sur les 2 équipe nous n’avons que 2 AS par équipe en CDI.

  • Carnet

    Mon carnet du jour - Décès, naissances, mariages et publications

  • La Boutique

    La boutique Voix de l'Ain
  • Voyage en Normandie

  • Annonces de matchs USB

  • Seniors

  • Stage oenologie

    Stage oenologie
  • Maison Rêvée 2016

    Maisons rêvée 2016
  • Places JL Bourg

  • L’Aindex

    L'Aindex
  • Blog VA

    Les blogs Voix de l'Ain
  • Blog Nicolas Bernard

    Blog de Nicolas Bernard
  • Facebook

    Facebook Voix de l'Ain
  • Twitter

    Twitter Voix de l'Ain
  • Nos partenaires